#SalePute

Sale pute documentaire cyberharcèlement

Documentaire réalisé par Florence Hainaut et Myriam Leroy, 2021, Belgique

Deux journalistes belges, victimes de cyberharcèlement, mènent l’enquête et recueillent les témoignages d’une dizaine de femmes elles aussi victimes de cyberharcèlement.

Sur les réseaux sociaux et plus généralement sur internet, qui harcèle (spoil : des hommes) ? Quels effets entraine ce cyberharcèlement chez les victimes sur le court, moyen et long terme ? Que représente le cyberharcèlement contre les femmes notre société représente ? Voilà un aperçu des nombreuses questions abordées dans cette enquête. Les femmes qui témoignent sont journalistes, activistes, humoristes, politiques, créatrices de contenu sur le web, et tous leurs témoignages sont plus forts les uns que les autres (certains sont même très durs à entendre). Un documentaire efficace et indispensable.

Disponible en ce moment sur Youtube et le site d’Arte.

A la vie

A la vie documentaire

Documentaire réalisé par Aude Pépin, 2021, France

Chantal Birman est une sage-femme, féministe, qui a consacré sa vie à défendre les femmes et leurs droits. A bientôt 70 ans, elle passe le relais sous l’œil attentif d’une jeune apprentie sage-femme.

On pleure, on rit, on vibre… c’est sûr, A la vie est fort en émotions ! Il y a une force incroyable qui se dégage de Chantal Birman, des femmes qu’elle rencontre et du film dans son ensemble. Un beau portrait militant d’une héroïne contemporaine !

Regard noir

Regard noir Aïssa Maïga

Documentaire réalisé par Aïssa Maïga et Isabelle Simeoni, 2021, France

Pourquoi y a-t-il si peu de femmes noires au cinéma et à la télévision en France ? Partant de cette question, Aïssa Maïga mène l’enquête en France, mais aussi aux Etats-Unis et au Brésil.

En France, on manque terriblement d’icônes, de célébrités noires. Et Aïssa Maïga, avec son engagement et travail longs de plusieurs années (voire décennies !), est en passe d’en devenir une ! Avec détermination, elle interroge diverses personnes du métier sur la représentation des diversités dans le cinéma français, mais aussi étatsunien et brésilien. Parmi les interviews, on retrouve également plusieurs autrices de l’ouvrage collectif Noire n’est pas mon métier. Ce documentaire est une réussite, à voir et à diffuser largement autour de vous.

Pour continuer la réflexion, on vous conseille deux autres documentaires sur le fait d’être une femme noire en France : Mariannes noires et Ouvrir la voix.

Ouvrir la voix

Ouvrir la voix

Documentaire réalisé par Amandine Gay, 2017, France

Être une femme noire en France, qu’est-ce que c’est ? Amandine Gay donne la parole à une vingtaine de femmes.

Orientation scolaire, cheveux, relations amoureuses, identité, religion, engagement, vie professionnelle… Le nombre de sujets abordés est immense et les réponses des femmes interviewées riches et multiples. Ce documentaire est un portrait essentiel du racisme de la société française (et belge) post-coloniale. Un film d’utilité publique.

Sur le même sujet, on vous conseille également le documentaire Mariannes Noires.

Amandine Gay est (entre autre) autrice de la brillante postface de l’ouvrage de bell hooks Ne suis-je pas une femme ? aux éditions Cambourakis.

Le manifeste des 343, dans les coulisses d’un scandale

Manifeste des 343 dans les coulisses d'un scandale

Documentaire réalisé par Valérie Jourdan et Adeline Laffitte, 2021, France

5 avril 1971, 343 femmes déclarent dans le Nouvel Observateur avoir avorté. Parmi elles, des inconnues et des célébrités, dont les signatures feront date dans la lutte pour le droit à l’avortement en France.

A l’aide de témoignages d’avortements clandestins de l’époque, de récits de militantes et d’images d’archives ou reconstituées (ou du film La belle saison), ce documentaire pose le contexte de la création de ce manifeste, puissant outil militant. Un film à voir.

Pour aller plus loin, on vous propose de lire un recueil de textes de l’époque Ils ne décideront plus pour nous, ou encore le récit d’Annie Ernaux, L’évènement.

Mariannes noires

Mariannes noires

Documentaire réalisé par Mame-Fatou Niang et Kaytie Nielsen, 2016, France, Etats-Unis

Elles sont sept : Alice Diop, Maboula Soumahoro, Isabelle Boni-Claverie, Aline Tacite, Bintou Dembélé, Elisabeth Ndala et Fati Niang. Sept femmes noires, nées en France, ayant grandi en France. Qu’est-ce que ça veut dire aujourd’hui d’être française, quand chacune d’entre elles est sans cesse renvoyée à des origines africaines ?

Mariannes noires explore la notion d’identité, celle qui se construit et celle qui est imposée. Les interviews de ces femmes, entrepreneuses, chercheuses, artistes, etc. sont tour à tour saisissantes, émouvantes, et illustrent avec force le racisme (et le sexisme) en France aujourd’hui. Un documentaire ressource !

Pour plus d’info autour du film, le Bondy Blog a interviewée une des réalisatrices.

Et sur le même sujet, on vous conseille également le documentaire Ouvrir la voix.

Adolescentes

Adolescentes

Long métrage documentaire réalisé par Sébastien Lifshitz, 2020, France

Emma et Anaïs sont amies et vivent à Brive. Le réalisateur les a suivies pendant 5 ans, de leur 13 ans à leur majorité, pour une plongée au cœur de leur adolescence.

L’une vient d’une famille plutôt cultivée, l’autre d’une famille beaucoup plus populaire. L’une est boudeuse et silencieuse, l’autre extravertie et n’a pas sa langue dans sa poche. Pendant 2h15, Adolescentes nous propose deux portraits croisés de deux femmes françaises en construction. Certes, le réalisateur est un homme et le “male gaze” se ressent à plusieurs reprises (lors de gros plans sur leurs corps en maillot de bain par exemple). Un beau film néanmoins, très touchant, qui fera peut-être vibrer l’ancienne ado en vous.

CHEF·FE

CHEFFE

Web-série documentaire réalisée par Camille Ducellier, 2019, France

Lucie Leguay est une jeune cheffe d’orchestre dont on suit les premiers pas et les réflexions après sa remarquable participation au tremplin de jeunes cheffes organisé par la Philharmonie de Paris en 2018.

CHEF·FE est une web-série de 5 épisodes verticaux d’une dizaine de minutes sur un sujet qui nous tient à cœur : les femmes dans la musique (notamment classique). Très belles images, très beau son (heureusement quand on parle de musique !), personnage centrale charismatique, tout est chouette dans cette série dont on vous recommande chaudement le visionnage.

Soccer Grannies

Soccer grannies

Documentaire réalisé par Julia Mourri et Clément Boxebeld, 2021, France, Afrique du Sud

Une équipe de mamies sud-africaines jouant au football s’apprête à défier une équipe de grand-mères françaises sur fond de coupe du monde féminine de football en 2019.

Ce documentaire part d’Afrique du sud et suit l’équipe des Soccer Grannies, les “mamies foot” jusqu’en France. On adore découvrir ses femmes, qui vivent dans le présent et défendent leur nouvelle passion pour le foot avec ferveur ! La rencontre entre les deux équipes, sud-africaines et françaises sont particulièrement émouvantes. Un bon documentaire qui remonte le moral !

Pour en savoir plus sur ces Soccer Grannies, on vous conseille le court-métrage documentaire Alive & Kicking: The Soccer Grannies of South Africa.

Alive & Kicking: The Soccer Grannies of South Africa

Alive & kicking soccer grannies

Court métrage documentaire réalisé par Lara-Ann de Wet, 2016, Afrique du Sud

En Afrique du Sud, des vieilles femmes décident de soigner leurs peines et leurs douleurs en se mettant au foot. Leur équipe s’appelle les “Vakhegula Vakhegula”, soit “mamies mamies”.

Ce documentaire court nous permet de faire connaissance avec une bande de mamies attachantes et adorables. La pratique du foot et les entrainements en équipe sont de vrais facteurs d’émancipation pour ces femmes, mais aussi de sociabilisation et de lutte contre la vieillesse. Un coup de cœur !
Si vous souhaitez en savoir plus sur les “soccer grannies”, un autre documentaire existe sous le nom de Soccer Grannies, concentré sur leur rencontre avec une équipe de grand-mères françaises lors de la coupe du monde féminine de football 2019 en France.

Le documentaire est visionnable en entier (en anglais) ci-dessous :