Roe v. Wade : La véritable histoire de l’avortement

Wendy Davis Reversing Roe

Documentaire réalisé par Annie Sundberg et Ricki Stern, 2018, Etats-Unis

Ce documentaire (Reversing Roe en anglais) retrace 50 ans de lutte pour le droit à l’avortement aux Etats-Unis (depuis l’affaire Roe v. Wade qui l’autorise en 1973) en racontant les stratégies, notamment des conservateurs (soit disant « pro-vie ») pour en faire reculer l’accès.

S’il fallait un mot pour décrire ce documentaire, peut-être que « effrayant » serait approprié. Le film déroule, année après année, les efforts (massifs !) et mobilisations des anti-avortements aux Etats-Unis pour faire interdire (ou au moins empêcher) ce droit. La parole est donnée aux deux parties, même si on retiendra principalement celle des « pro-choix », notamment celles de gynécologues, de militantes, et l’intervention, plus qu’héroïque, de la sénatrice Wendy Davis qui a pris la parole pendant 13 heures d’affilée en 2013, sans boire, ni manger, ni se soulager, si se reposer, pour bloquer le vote d’une loi anti-avortement dans son état du Texas.

Fervente défense du droit à l’avortement, Gloria Steinem ne pouvait pas ne pas apparaître dans ce documentaire : pour en savoir plus sur elle, nous vous conseillons son autobiographie Ma vie sur la route.

Mrs. America

Série créée par Dahvi Waller, 2020, Etats-Unis

Fin des années 60 dans l’Illinois. Phyllis Schlafly, mère de famille conservatrice, se révèle être une puissante activiste anti-féministe en se mobilisant contre l’Equal Right Amendment (ERA).

Mrs. America est une série à laquelle on ne s’attendait pas forcément. Ici, la personnage principale, l’héroïne, est anti-féministe ! A-t-il sa place sur ce site ? Définitivement oui, non pas pour cette personnage, mais pour toute l’histoire qui est racontée au cours des 9 épisodes de la série. Si elle est le fil rouge de la série, c’est surtout le contexte de la conquête de l’égalité des droits aux Etats-Unis dans les années 70 qui est présenté, avec ses stratégies d’influence et de communication. Gloria Steinem, Shirley Chisholm, Betty Friedan, Bella Abzug, ce sont tout autant de figures du mouvement féministe américain que l’on (re)découvre dans cette série. Féministes d’un côté, conservatrices de l’autre… C’est peut-être justement ce qui fait défaut : cette opposition constante entre deux groupes de femmes, quand les réels acteurs du mouvements anti-féministe étaient surtout… des hommes. Gloria Steinem en parle d’ailleurs dans une interview, traduite partiellement dans cet article des Inrocks. Petit plus : le générique introductif est vraiment top !

Même époque, mêmes combats, nous vous conseillons aussi le documentaire Roe v. Wade : La véritable histoire de l’avortement et Ma vie sur la route, l’autobiographie de l’activiste Gloria Steinem.

Poupée russe

Série créée par Natasha Lyonne, Amy Poehler et Leslye Headland, depuis 2019, Etats-Unis

Nadia fête son 36ème anniversaire avec ses ami.e.s. Au cours de la soirée, elle meurt heurtée par une voiture. Elle se retrouve alors de nouveau en pleine soirée d’anniversaire…

Si le scénario peut sembler vu et revu, on vous conseille quand même cette série, pour plusieurs raisons. Elle est entièrement créée et réalisée par des femmes… et ça se voit : pas de male gaze ici, au contraire. La série nous montre une héroïne atypique mais réaliste, pas sexualisée, égoïste, un peu trop franche, qui fume trop et boit trop… mais aussi plusieurs personnages masculins atypiques, éloignés de la masculinité toxique. Drôle mais aussi profonde, Poupée russe met en scène des sujets philosophiques et de société : sans-abrisme, santé mentale, traumatisme…

First Clue

Documentaire réalisé par Susan Sullivan, 2014, Etats-Unis

Quel a été le premier indice qui t’a fait comprendre que tu étais lesbienne ?

Voilà le point de départ et le fil rouge de ce court documentaire rapide et efficace. Une dizaine de femmes témoignent face caméra de l’étincelle, du point de départ de leur vie de lesbienne.

Naranja

court metrage harcelement naranja

Court métrage réalisé par Hanna Isua Barrantes Sánchez, 2017, Colombie

Du matin jusqu’au soir, Naranja est victime de harcèlement, dans la rue, au travail…

Multi-nominé en festival, Naranja est un court métrage sans parole, efficace et universel sur le harcèlement que vivent les femmes partout dans le monde, et sur comment cette violence entache les femmes et leur confiance en elle.

Domestic Policy

court metrage domestic policy

Court métrage réalisé par Alicia MacDonald, 2016, Royaume-Uni

En 1919, après la Première Guerre mondiale, un groupe d’hommes importants se retrouvent pour acter sur le dernier problème en Europe, sous le regard désespéré d’une domestique.

ça, c’est une bonne trouvaille. Il y a beaucoup d’humour et de justesse dans ce court métrage et les spectatrices ne manqueront pas de s’identifier à la seule et unique femme du film, qui essaie de se débattre et d’exposer ses idées (en vain) face à cette incarnation du patriarcat. A voir si vous en avez l’occasion !

Le film est à voir en entier (en VO) sur Youtube :

Land Girls

Série créée par Roland Moore, 3 saisons, 2009-2011, Royaume-Uni

Seconde Guerre mondiale, Nancy et Joyce arrivent en train dans un village de la campagne anglaise pour rejoindre la ferme à laquelle elles ont été affectées pour soutenir « l’effort de guerre » en participant aux travaux agricoles. Elles y feront la rencontre de 2 autres femmes, Bea et Annie, et une foule d’autres personnages avec qui elles partageront désormais leur quotidien.

Sans être la meilleure des séries, Land girls a le mérite de nous faire découvrir un pan de l’histoire des femmes pendant la Seconde Guerre mondiale : la Women’s Land Army, qui a recruté des dizaine de milliers de femmes dans les campagnes anglaises pour effectuer les travaux des hommes partis à la guerre. A part cela, on suit leur quotidien, leurs amitiés, leurs histoires d’amour, leurs joies et leurs tristesses en temps de guerre.

Audre Lorde: the Berlin years 1984 to 1992

Documentaire réalisé par Dagmar Schultz, 2012, Allemagne, Etats-Unis

Ce documentaire s’attarde sur les années berlinoises de la poétesse, femme de lettres afro-américaine et lesbienne, 20 après son décès.

La force de ce film est de nous offrir deux histoires : celle d’Audre Lorde lors de sa vie à Berlin, et celles de ces femmes afro-allemandes qui se sont réunies et organisées sous les conseils de la poétesse militante. Le film est ponctué de poèmes de l’autrice, une belle porte ouverte pour découvrir son oeuvre et sa vie.

Ni les femmes ni la terre

Film documentaire réalisé par Marine Allard, Lucie Assemat et Coline Dhaussy, 2019, France, Argentine, Bolivie

A Buenos Aires, un groupe de femmes se mobilise dans un quartier populaire contre les violences patriarcales. A quelques centaines de kilomètres de là, d’autres femmes luttent contre Monsanto et les extractions de minerais, qui provoquent la destruction de leurs villages. Plus loin encore en Bolivie, une femme raconte la spoliation des terres autochtones par les colonisateurs d’hier et d’aujourd’hui.

Ni les femmes ni la terre est un voyage, dans lequel les réalisatrices montrent la symétrie entre les appropriations capitalistes, patriarcales et coloniales des corps des femmes et des terres. Une belle entrée vers l’écoféminisme, avec des portraits superbes de femmes combatives !

Les filles du Docteur March

Little women greta gerwig

Long métrage réalisé par Greta Gerwig, adapté du roman Les Quatre filles du Docteur March de Louisa May Alcott, 2019, Etats-Unis

Dans les années 1860, le Docteur March part à la guerre, laissant son épouse et ses quatre filles Meg, Jo, Beth et Amy. On suit leurs trajectoires de leur enfance/adolescence lors de leur rencontre avec leur jeune voisin Laurie, à leur mariage.

Pourquoi, pourquoi, pourquoi toutes les adaptations cinématographies des Quatre filles du Docteur March veulent absolument retranscrire à l’écran non pas seulement le célèbre roman, mais également sa suite ? Suite dans laquelle toutes les soeurs March se retrouvent mariées, privées de leur insouciante, de leur liberté et de la fantastique sororité pour laquelle elles sont connues. Greta Gerwig, qu’on aime beaucoup par ailleurs pour ses rôles d’actrice et pour son premier long métrage Lady Bird, n’y coupe pas et c’est bien dommage (d’ailleurs, les hommes sont beaucoup plus présents dans le film que dans le roman). Difficile de résumer en 2h toutes les aventures que les héroïnes vivent. Le film ressemble à un catalogue de leurs aventures, surtout avec le choix d’avoir déstructuré la chronologie des événements. Vraiment dommage car la réalisation est très belle (les lumières sont fantastiques !) et Saoirse Ronan en Jo est éblouissante de vie et d’énergie.