Le grand marin

Le grand marin

Roman en partie autobiographique écrit par Catherine Poulain, 2016, France

En arrivant en Alaska, Lili n’a qu’un rêve en tête : s’embarquer sur un de ces navires qui pêche la morue et le flétan, au large, loin du monde des humains.

Le grand marin est un roman saisissant, qu’on a envie de lire d’une traite. L’autrice déroule le récit en nous embarquant complètement. Certes, le milieu qu’elle décrit est très masculin mais l’héroïne n’en est que plus éclatante. Le sel de la mer, le froid de la nuit, ses émotions, sa volonté pour se fondre dans le décor sont très bien racontés. Une déception cependant : on n’y croit pendant longtemps, mais non, le titre du roman ne fait pas référence à elle, cette héroïne, alors qu’elle l’aurait amplement mérité.

Dans la forêt

Roman d’anticipation écrit par Jean Hegland, 1996, Etats-Unis

Nell, 17 ans, et Eva, 18 ans, rêvent : la première veut intégrer une université prestigieuse, la seconde souhaite devenir danseuse. Les deux sœurs vivent avec leurs parents dans une maison en pleine forêt californienne, loin de la ville la plus proche. Mais un jour, tout s’arrête : électricité, télécommunications… Puis, leurs parents meurent successivement. Les 2 sœurs sont alors contraintes de trouver des moyens de survivre, en gérant leurs ressources alimentaires et l’absence de nouvelles du monde extérieur.

Ce roman d’anticipation illustre la sororité. Ou comment deux jeunes femmes au sortir de l’adolescence, en perte de repères, vont s’entraider pour résister et survivre, ensemble. Un bel exemple d’écoféminisme aussi : comment, en tant que femmes, il est possible de reprendre attache avec la terre et ce qu’elle produit, pour se nourrir ou se soigner.

Une adaptation cinématographique (un peu plus effrayante que le livre !) a également été réalisé, avec Ellen Page et Evan Rachel Wood.

Une dame perdue

Roman écrit par Willa Cather, 1923, Etats-Unis

Marian Forrester forme avec son mari, de 25 ans son aîné, un couple parfait. Mr. Forrester est riche : il a investi dans le chemin de fer qui traverse les plaines de l’ouest. Mais un jour, tout s’arrête : Mr. Forrester se blesse, puis tombe malade, puis est ruiné. Pourtant, Marian est faite pour la ville, les grands dîners et les bals, et non pour passer l’hiver dans les plaines reculées et marécageuses de Sweet Water…

On connait bien peu Willa Cather, romancière américaine lesbienne, pourtant reconnue aux Etats-Unis. Ce roman est l’occasion de découvrir un thème qui lui est cher : la « conquête » de l’Ouest est ses suites. A travers les yeux d’un jeune homme d’abord admiratif, puis très critique, on découvre cette femme déchue qu’est Marian, ce déclin progressif où les « conquérants » sont remplacés par les banquiers. L’autrice dépeint ce portrait d’une manière un peu déroutante, nostalgique mais assez envoûtante.

Kim Jiyoung, née en 1982

Kim jiyoung née en 1982

Roman écrit par Cho Nam-joo, 2016, Corée du Sud

Kim Jiyoung, trentenaire et mère d’un enfant en bas-âge, se réveille un jour et parle comme si elle était une autre femme. Les jours suivant, elle empruntera d’autres comportements et d’autres voix de femmes d’elle a connues. Que s’est-il passé ? Pour comprendre, il faut remonter le temps.

A travers plusieurs chapitres découpés par périodes chronologiques, la vie de Kim Jiyoung est déroulée : son enfance au sein d’une famille peu favorisée coincée entre sa grande sœur et son petit frère, roi de la maison, son adolescence et les premiers questionnements sur le monde qui l’entoure, sa vie étudiante, ses galères de jeune femme diplômée arrivant sur le marché du travail encore largement dominé par les hommes, et puis sa vie d’épouse. Le fil rouge dans tout ça : sa réflexion et sa compréhension progressive de la société patriarcale dans laquelle elle se trouve coincée. Il y a parfois des choses qui clochent, qu’elle ne trouve pas normales, qu’elle accumule, jusqu’à craquer. Le court chapitre final, raconté cette fois-ci du point de vue d’un homme, est une illustration ironique et par-fai-te de l’incompréhension et de l’impossibilité des hommes d’imaginer ce que peuvent vivre les femmes. Pour un premier roman, c’est une vraie réussite !

Grand succès en Corée du Sud, le roman a déjà été adapté en film.

La force des choses

La force des choses Simone de Beauvoir

Troisième tome des mémoires de Simone de Beauvoir, 1963, France

Depuis 1945 jusqu’aux années 60, Simone de Beauvoir raconte l’après-guerre, ses premiers voyages internationaux (notamment aux Etats-Unis), ses réflexions, le contexte intellectuel et son engagement pendant la guerre d’Algérie.

C’est notamment dans ce tome que l’autrice et intellectuelle aborde la construction de sa politisation et ses positionnements face à l’actualité de l’époque. Cet ouvrage correspond également à la période où Simone de Beauvoir a publié Le Deuxième Sexe : elle y raconte la réception après publication, tant du côté de ses détracteurs (parfois d’anciens amis) que de ses supportrices, souvent anonymes.

Parmi les nombreux volumes écrits, ses mémoires (en 5 tomes dont Mémoires d’une jeune fille rangée, La force de l’âge, La force des choses I et II, et Tout compte fait) constituent un éclairage fascinant sur sa vie, sa construction en tant qu’écrivaine, philosophe, militante politique et féministe, mais aussi sur toute la société française des années 20 aux années 70.

Orgueil et préjugés

Orgueil et préjugés roman

Roman écrit par Jane Austen, 1813, Royaume-Uni

Mrs Bennet est déterminée à marier ses filles. Or, Mr. Bingley et son riche ami Mr. Darcy s’installent dans le voisinage. Alors que l’aînée de la famille, Jane, plait (et réciproquement) à Mr. Bingley, Mr. Darcy n’inspire que moqueries et amusements à Elizabeth, la seconde fille de la famille.

Si vous deviez commencer par un classique écrit par une femme, ça serait peut-être celui-là que nous vous conseillerions. Lizzie Bennet, héroïne principale du roman, est une figure féminine incontournable de la littérature anglaise. Ses pensées, son caractère espiègle, ses choix sont clairement exprimées tout au long du roman. Une héroïne intelligente qui se découvre (et se redécouvre !) avec plaisir.

Une fois ce roman lu, vous pourrez retrouver d’autres héroïnes de Jane Austen dans Raisons et sentiments, Mansfield Park, Emma, Northanger Abbey et Persuasion.

Orgueil et préjugés a fait l’objet de nombreuses adaptations en séries et en films, notamment celle avec Keira Knighley que nous vous conseillons.

Les Victorieuses

A 40 ans, Solène, brillante avocate, tombe en burn-out après avoir vu un client se suicider devant ses yeux. Difficile de savoir comment prendre soin d’elle, après des années à travailler d’arrache-pied. Son médecin lui conseille le bénévolat… et elle tombe sur une petite annonce qui propose une mission d’écrivaine publique. Elle découvre alors le Palais de la femme, un établissement de l’Armée du salut destiné à l’accueil de femmes…

Ce roman fait du bien au féminisme ! On suit le parcours de Solène, qui découvre les femmes du Palais, comprend progressivement leurs douleurs (violences conjugales ou sexuelles, vie en rue, parcours migratoire…), gagne leur confiance… et se fait aider par elles ! En parallèle de cette histoire, un chapitre sur deux, on découvre aussi la vraie vie de Blanche Peyron, officière de l’Armée du salut qui a œuvré à la création du Palais de la femme. Finalement, ce livre est donc une succession d’émouvants portraits de femmes.

Par la même autrice, on a aussi beaucoup aimé La Tresse.

Devenir

Autobiographie de Michelle Obama, 2018, Etats-Unis

Michelle Obama raconte son parcours de femme noire américaine, depuis les quartiers périphériques de Chicago jusqu’à la Maison Blanche. Elle raconte comment elle a d’abord mené des études brillantes en droit, avant de se détourner de son début de carrière d’avocate pour une carrière plus en accord avec ses valeurs. Elle raconte aussi, évidemment, les batailles successives pour la présidence des États-Unis, et ce vécu hors-norme, pendant 8 ans, au sommet de l’Etat.

Pendant 800 pages (!), Michelle Obama raconte sa vie peu commune et ses combats. Elle distille des analyses qui font du bien sur le manque de diversité dans les grandes universités ou la ségrégation dans les quartiers, sur son vécu de femme noire. Elle raconte comment elle a jonglé entre l’ambition de son mari, ses envies professionnelles, sa vie personnelle avec ses deux filles. Et puis bien sûr, mais on connaît déjà la fin de l’histoire, elle raconte sa colère face à l’arrivée d’un homme blanc, riche et misogyne au pouvoir à l’issue des 8 années de présidence Obama… Un bel autoportrait d’une femme combative au destin extraordinaire, bien qu’un peu long (on avoue).

Délivrances

Roman écrit par Toni Morrison, 2015, États-Unis

Bride a grandi en étant rejetée par sa mère car trop noire de peau. Aujourd’hui directrice régionale d’une marque de cosmétiques, couronnée de succès, sa vie semble idyllique… mais cache des traumatismes donc elle va progressivement se libérer au cours d’un voyage à la recherche de son ex-petit-ami qui l’a quittée brusquement.

Délivrances explore les traumatismes de Bride, mais aussi de plusieurs autres personnages : la mère, l’ex-petit-ami, une enfant rencontrée sur la route. Il parle de l’empreinte durable que laissent le colorisme, le racisme et les violences pédocriminelles sur les êtres. Des chapitres courts, une écriture intense, des thèmes emblématiques, font de ce roman une illustration parfaite du talent de la grande Toni Morrison.

Ce roman a inspiré le titre de l’album jeunesse Comme un million de papillons noirs. De la même autrice, nous vous conseillons aussi Sula. Et pour aborder le colorisme avec les plus jeunes, nous vous proposons Le chemin de Jada.

L’histoire de Poncia

Roman écrit par Conceição Evaristo, 2003, Brésil

Poncia, petite-fille d’esclave, grandit loin de la ville. Après la mort de son père, elle décide de partir vers la ville et atterrit dans une favela. Progressivement, loin de ses racines, elle s’oublie, n’est plus que l’ombre d’elle-même…

Ce roman est le premier de Conceção Evaristo (qui a également écrit Insoumises que nous vous conseillons). C’est une oeuvre étonnante, pleine de poésie, métaphore des vécus de milliers de femmes noires au Brésil. Déracinée, violentée par son mari qui ne la comprend pas, Poncia se cherche et cherche sa famille.

Aux éditions Anacaona, découvrez aussi Gaia changera le monde, 1492, Anacaona l’insurgée des Caraïbes et le Petit manuel antiraciste et féministe.