L’année de grâce

L'année de grâce roman féministe

Roman écrit par Kim Liggett, 2020, Etats-Unis

A l’âge de 16 ans, toutes les jeunes filles sont envoyées dans la forêt pendant une année pour se libérer de leur magie avant d’être mariées ou placées en tant que domestiques. Tous les ans, à leur retour, une partie d’entre elles manque à l’appel. Que se passe-t-il pendant l’année de grâce dont il est interdit de parler ? L’intrépide et indépendante Tierney, dont l’année de grâce est arrivée, survivra-t-elle à cette année ?

Salué par la critique lors de sa sortie, L’année de grâce est une dystopie féministe accessible pour un public ado/jeune adulte. Du fantastique, un peu d’horreur, un bon fond féministe et une intrigue et héroïne rappelant celles de Hunger Games ou encore La Servante écarlate composent ce roman. On a été impressionnées par la justesse de la description et de la retranscription des mécanismes patriarcaux qui poussent les femmes à être d’éternelles rivales, plutôt que de se serrer les coudes et de cultiver la sororité. La première partie du roman est captivante, et suscite de nombreuses questions et théories (pas toujours élucidées, ce qui est intéressant aussi !) quant à la suite de l’histoire. Du coup, peut-être que la 2ème partie du livre et les partis pris choisis par l’autrice ne vous satisferont pas tout à fait mais L’année de grâce reste un roman définitivement puissant qu’on vous conseille absolument.

Le réseau Alice

Le réseau Alice roman féministe

Roman écrit par Kate Quinn, 2020, Etats-Unis, Royaume-Uni, France

Quelques mois après la fin de la Seconde guerre mondiale, la jeune américaine Charlie se rend avec sa mère en Suisse pour avorter. Mais en arrivant en Europe, elle a également un autre objectif : retrouver sa cousine Rose, disparue en France pendant la guerre. Sa quête va la mener auprès d’Eve Gardiner, une ancienne espionne de la Première guerre mondiale, alcoolique et vraiment pas commode.

Qui se souvient des espionnes des deux guerres mondiales ? Qui sait même qu’elles ont existé et combien elles ont été de véritables héroïnes de guerre ? Ce roman, très librement inspiré de personnages historiques, leur rend hommage. Avec une alternance de chapitres entre les deux héroïnes (la jeune Eve, espionne pendant la première guerre, et Charlie, qui mène son enquête peu après la seconde guerre), on est définitivement embarquées dans l’intrigue, qui aborde une variété de sujets intéressants (l’avortement pendant les deux guerres, le rôle des femmes pendant les deux guerres, le traumatisme provoqué par les guerres, etc.). On regrette juste qu’une histoire d’amour (pour émoustiller les lectrices, il faut bien le dire) ait été intégrée dans l’intrigue, déjà riche.

Autre continent, autre guerre, Le réseau Alice rappelle un peu le roman La dernière réunion des filles de la station service, qu’on a adoré.

Le bal des folles

Roman Le bal des folles

Roman écrit par Victoria Mas, 2019, France

Fin du XIXème siècle, à Paris. Louise est internée depuis 3 ans à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière. Le célèbre professeur Charcot, neurologue et chef du “service des hystériques”, réalise chaque chaque semaine des démonstrations publiques d’hypnose, avec l’appui de Madame Geneviève, infirmière en chef… En parallèle, on suit Eugénie Cléry, jeune fille de bonne famille à mille lieux des enfermées de la Salpêtrière. Jusqu’à ce qu’elle y soit envoyée à son tour.

Le bal des folles est un court roman qui se dévore. L’autrice dépeint des héroïnes très fortes, qui incarnent toutes ces enfermées considérées comme folles pour de raisons multiples : celles en situation de handicap mental, mais aussi souvent celles taxées d’hystériques car elles osaient bouleverser les codes. A lire, ainsi que les deux adaptations qui en ont été faites : une BD et un long métrage. On vous conseille aussi le récit de Nelly Bly internée dans un asile psychiatrique de New-York, adapté en bande dessinée.

Mrs Dalloway

Mrs Dalloway roman

Roman écrit par Virginia Woolf, 1925, Royaume-Uni

Juin 1923, Londres. Clarissa Dalloway organise une réception le soir-même. Entre courses chez le fleuriste et réflexions sur les choix (notamment amoureux) qu’elle a fait étant plus jeune, on suit les quelques heures de la journée ordinaire d’une femme mondaine.

Après quelques pages seulement, on comprend pourquoi ce roman a marqué la carrière de Virginia Woolf et la littérature anglaise. D’une seule traite, au fil de plusieurs centaines de pages, une journée est déroulée sous nos yeux. La dissociation de l’héroïne, entre la femme mondaine jouant sur les apparences, la fameuse “Mrs Dalloway, et “Clarissa”, la femme aux réflexions intimes, nostalgiques, est un point de vue novateur et surprenant sur ce que peut être un personnage féminin écrit par une femme. Assez surprenant également, le roman dresse une critique fine des traumatismes de la première guerre mondiale, notamment de ceux qui sont partis au combat.

Pour continuer vos lectures avec Virginia Woolf, on vous conseille son recueil de nouvelles Rêves de femmes.

Lâche-moi !

Roman écrit par Nancy Guilbert, 2021, France

A 13 ans, Mayana vit avec sa mère et sa sœur Margaux, lycéenne et très forte en maths… Complexée par ses propres difficultés, la jeune fille perd confiance en elle. Alors quand Carl, le petit ami de Margaux, lui propose de l’aider, elle accepte. Mais rapidement, l’aide apportée se transforme en emprise…

Un court roman pour ados qui parle d’emprise, c’est possible ! Facile à lire, il propose aussi des solutions concrètes pour les jeunes qui pourraient se trouver dans une situation similaire. On a particulièrement aimé la grande sororité qui (sans spoiler !) conclut le roman. En filigrane, une ado racisée et une famille monoparentale et recomposée.

Les pointes noires

Trilogie de romans écrits par Sophie Noël, 2018-2021, France

Ève est née au Mali et a grandi dans un orphelinat, où elle a découvert la danse classique qui devient sa passion. Un jour, un homme et une femme blanc.he.s arrivent de France pour l’adopter. Ève doit quitter sa meilleure amie et son pays d’origine… À son arrivée, elle commence les cours de danse, sa passion grandit, elle rêve de rentrer à l’École de danse de l’Opéra de Paris ! Oui, mais une remarque raciste la fait douter : y a-t-il des danseuses étoiles noires ?

Alors qu’il existe de nombreux romans pour ados sur la danse, celui-ci met en scène une héroïne noire, ce qui est bien trop rare. Il parle de passion, d’ambition et d’exigence, en montrant aussi les différentes formes de racisme dont Ève est victime : invisibilisation, insultes, discriminations, de la part de jeunes comme d’adultes. Il fait aussi réfléchir sur le conformisme de la danse classique (il y a aussi une évocation de la grossophobie). On pense aux collants “couleur chair”… mais chair de qui ? À mettre en regard avec Billy Elliott, évoqué dans le livre… qui cite également deux magnifiques danseuses noires, pionnières de la danse classique parfois si rigide : Misty Copeland et Michela DePrince.

Les deux tomes suivants sont tout aussi chouettes. Le deuxième évoque avec force le racisme d’une institution comme l’Opéra de Paris, qui, au nom des traditions, perpétue des stéréotypes d’une grande violence. Dans le dernier, on a aimé voir aboutir les efforts d’Ève et la voir évoluer dans un environnement différent (même si on a regretté le regard exotisant sur l’Afrique et le Mali).

Je ne suis pas née ce matin

Je ne suis pas née ce matin Amélie Charcosset

Roman écrit par Amélie Charcosset, 2021, Suisse

Hannah n’est que douleur et culpabilité. Elle est rentrée de voyage oui, mais avec son amie et camarade de voyage Margaux dans le coma, suite à un accident qu’elles ont eu toutes les deux. Comment survivre, comment passer ses journées quand l’aimée ne répond plus ?

Auto-édité grâce à une campagne Ulule et pour notre (et votre bientôt, nous espérons vous convaincre !) plus grand bonheur, Je ne suis pas née ce matin est une perle d’émotions. Elle raconte l’attente, la reconstruction, les souvenirs, des voyages et la naissance d’une relation amoureuse dans une écriture merveilleuse, poétique, qui nous berce et nous embarque. En plus, on adore l’exercice littéraire et poétique intérieur du roman (qui fait que l’héroïne cherche des mots dont personne ne connait l’existence). Bref, nous avons presque regretté d’avoir acheté la version numérique alors que nous aurions voulu prêter, afficher fièrement en haut de notre bibliothèque un exemplaire papier de cette autrice talentueuse !

Âpre coeur

Apre coeur

Roman écrit par Jenny Zhang, 2019, Etats-Unis, Chine

Elles s’appellent Christina, Frangie, Annie… elles ont à peine 10 ans et vivent avec leurs parents, immigrés chinois, dans des appartements minuscules et des situations déplorables du New-York des années 1990. Voilà quelques bribes de leurs enfances.

Âpre cœur est un roman qui vous laissera probablement une forte impression (peut-être positive, peut-être négative). Les récits, multiples, s’attardent sur les joies et les bonheurs, mais aussi des situations absolument malaisantes et inquiétantes de plusieurs petites filles et leurs familles. On n’a pas tout de suite compris que chaque chapitre change de narratrice (donc on vous le dit hein) mais le rythme et le style de l’écriture (et de la traduction) sauront probablement vous embarquer à travers la foule d’anecdotes que comporte le roman.

Children of Blood and Bone

Children of blood and bone De sang et de rage roman fantastique afrique

Série de romans écrite par Tomi Adeyemi, depuis 2019, Etats-Unis, Nigéria

Depuis que la magie a disparu des terres d’Orïsha, les majis, êtres anciennement dotés de pouvoirs des dieux, vivent persécutés par l’armée royale. Parmi elles et eux, Zélie, jeune femme aventureuse, vit avec son frère Tzain et son père. Mais quand un mystérieux parchemin magique se retrouve entre les mains du roi, Zélie se voit confier une mission de la plus haute importance : ramener la magie et libérer son peuple.

Voilà qui est intéressant : un univers jeune adulte fantastique inspiré de mythologies africaines (et notamment nigérianes) ! Les quatre personnages de départ sont plutôt convaincants, à la fois forts et marqués par divers traumatismes dévoilés au fil du récit, même si rapidement l’histoire suit des chemins assez classiques (amourettes qu’on devine à des kilomètres, une des deux héroïnes qui n’exploite pas vraiment ses capacités alors que lorsqu’on fait sa connaissance, elle est éblouissante, etc.). Heureusement, la fin du premier tome est surprenante, l’ensemble tient tout de même en haleine et on a bien aimé le changement régulier de narratrices et narrateur qui oscille entre 3 des 4 personnages principaux.

Le restaurant de l’amour retrouvé

Le restaurant de l'amour retrouvé roman japon

Roman écrit par Ogawa Ito, 2015, Japon

Suite à une rupture amoureuse imprévue, Rinco, 25 ans, perd tout : son appartement, ses biens et même sa voix. Elle décide alors de rentrer chez sa mère qu’elle n’a pas vue depuis de nombreuses années. Là-bas, elle se lance dans l’ouverture d’un restaurant.

Le restaurant de l’amour retrouvé raconte la fabuleuse renaissance d’une héroïne ordinaire. Comme souvent chez Ogawa Ito (déjà autrice de La papeterie Tsubaki, La République du bonheur ainsi que du Jardin arc-en-ciel), la poésie et la nourriture prennent une place non négligeable dans le récit, et on adore. Ce roman est également une belle histoire de famille, de réconciliation entre une fille et sa mère, que l’héroïne apprend à redécouvrir avec son regard d’adulte.