La sixième

La sixième

Roman écrit par Susie Morgenstern, 1985, France

Ça y est : Margot entre dans la cour des grand.e.s et va démarrer son année de sixième. Arrivera-t-elle à se faire des ami.e.s ? A se retrouver parmi les couloirs de son collège ? En bref, à traverser cette année tant attendue et redoutée ?

La sixième est l’un des romans les plus connus de l’autrice jeunesse ultra-prolifique Susie Morgenstern, et pour cause. Ecrit en 1985, il semble pourtant intemporel (si on oublie l’absence de téléphone portable à l’époque !) sur les appréhensions de sa jeune héroïne et les dynamiques de groupe. On aime que Margot, a priori discrète, se retrouve être une personne motrice de sa classe, et que, dans sa famille, ce soit son père qui tienne lieu de personne ressource. Ecrit du point de l’héroïne, celle-ci relate une agression verbale de la part d’un des grands du collège : en lisant ce passage en 2021, on ne saurait dire s’il marque un temps où une telle agression était banalisée ou s’il illustre parfaitement le peu d’écoute qu’on accorde aux enfants.

Poupée volée

Poupée volée roman féministe

Roman écrit par Elena Ferrante, 2006, Italie

Leda, enseignante de pas tout à fait 50 ans, passe des vacances en solitaire au bord de la mer. Sur la plage, une famille l’intrigue et notamment le trio composé d’une jeune mère, sa fille et sa poupée. Un jour, Leda vole la poupée.

C’est le premier roman de cette célèbre autrice anonyme que nous lisons après sa saga L’amie prodigieuse et l’élément déclencheur est assez perturbant. Cette pulsion de l’héroïne et le regard qu’elle porte sur cette famille et le trio mère-fille-poupée sont détaillés de son point de vue. Ces quelques jours la renvoient à de nombreuses situations de sa propre vie et de son vécu de femme, d’universitaire, de mère au fil des années… que la société patriarcale pousse à jalouser ses propres filles quand elles deviennent adolescentes puis adultes. Un vrai mélange de réflexions intimes tout aussi intéressantes qu’inquiétantes.

Julian au mariage

Julian au mariage album féministe

Album jeunesse écrit et illustré par Jessica Love, 2021, Etats-Unis

Julian et Marisol s’échappe de la table des mariées pour aller jouer. Mais la robe de Marisol se salit… Ni une, ni deux, Julian lui confectionne une nouvelle robe avec sa chemise et des branches d’arbre ! Avec la complicité de leurs grands-mères, tous deux sont alors transformés en de jolis papillons !

Après le formidable Julian est une sirène, Jessica Love nous fait un nouveau cadeau plein de douceur et d’amour ! Même en arrière-plan, les personnages sont une ode à la diversité, du couple de femmes qui se marie aux invité.e.s. On adore !

Julian est une sirène

Julian est une sirène album féministe

Album jeunesse écrit et illustré par Jessica Love, 2020, Etats-Unis

Julian sort de la piscine avec sa grand-mère, sa mamita. Dans le métro, il voit des sirènes… De retour à la maison, Julian attrape des fleurs et des rideaux et devient sirène à son tour ! Mais sa mamita arrive… Comment va-t-elle réagir ? En lui offrant un collier pour parfaire sa tenue bien sûr ! Les voilà alors en route vers une incroyable parade de sirènes…

Voici un album coup de cœur ! Des dessins magnifiques au pastel, un récit plein de tendresse et un discours résolument pour l’ouverture du champ des possibles, pour en finir avec les stéréotypes de genre qui enferment les enfants dans des cases étriquées… C’est magnifique !

Après Julian est une sirène, découvrez Julian au mariage !

Nos jours brûlés

nos jours brûlés roman féministe

Roman écrit par Laura Nsafou, 2021, France

Nous sommes en 2049. Depuis vingt ans, le soleil a disparu et le monde est plongé dans l’obscurité… Elikia a 20 ans, et elle n’a jamais connu le soleil. Avec sa mère Diba, elles quittent leur maison pour arpenter le continent africain, en quête d’informations sur une ancienne cité ayant abrité des divinités, dont la disparition serait liée à celle du soleil…

Après trois albums jeunesse qu’on adore (Comme un million de papillons noirs, Le chemin de Jada et La demeure du ciel), Laura Nsafou nous offre son premier roman ! Et quel roman : un roman de science-fiction, en Afrique, avec une héroïne forte ! On ne pouvait qu’adorer, et on a effectivement adoré. L’univers est très riche, on découvre de nombreuses divinités, esprits et créatures inspirées de la mythologie africaine, de plein de pays différents (un glossaire permet d’ailleurs de s’y retrouver, à la fin du roman). Bref, foncez !

Attention : seul le tome 1 de Nos jours brûlés est sorti pour le moment !

Pour un autre roman fantastique pour ados en Afrique, on vous conseille aussi la saga De rage et de sang.

La demeure du ciel

Album jeunesse écrit par Laura Nsafou et illustré par Olga Guillaud, 2021, France

C’est la veille de l’anniversaire de la grand-mère de Sofia. Mais cette année, elle n’est plus là. Les parents de Sofia disent qu’elle est « partie au ciel », mais la petite fille ne comprend pas vraiment ce que ça signifie. Alors que Sofia s’endort, elle se met à rêver de sa grand-mère…

Après Comme un million de papillons noirs et Le chemin de Jada, voici encore un album pépite de Laura Nsafou ! L’album aborde avec beaucoup de douceur la question du deuil, qui n’est pas toujours facile à aborder avec les plus jeunes (même si cette façon très métaphorique d’évoquer la mort ne conviendra peut-être pas à toustes). On a beaucoup aimé les illustrations toutes douces et les très belles couleurs, et puis bien sûr la présence de personnages noirs : la représentation, c’est important, et pas que dans des livres qui parlent spécifiquement de racisme ou de colorisme !

ReSisters

resisters

Roman graphique écrit par Jeanne Burgart Goutal et illustré par Aurore Chapon, 2021, France

Nous sommes en 2030. Lila, Mehdi, Parvati, Sandy et Pierre vivent dans un monde chaotique, marqué par l’épuisement des ressources, l’accroissement des inégalités et la restriction des libertés. Quand Pierre commence à recevoir de mystérieux messages signés d’un dessin d’abeille, Lila mène l’enquête… et atterrit alors chez les ReSisters, une communauté en rupture avec le système, où s’invente un monde écoféministe.

Dans cette BD aux couleurs vives, le monde va mal. Nous voici projeté.e.s dans un univers légèrement dystopique, mais pourtant terriblement proche de nous (avec de nombreuses références à la pandémie de COVID-19, notamment…). On y suit plusieurs personnages et leur découverte du mouvement écoféministe, et on apprend donc plein de choses sur ce mouvement très riche !

Nowhere girl

Bande dessinée écrite et illustrée par Magali Le Huche, 2021, France

Au début des années 90, Magali a 11 ans. Sa passion : les Beatles ! Par contre, elle aime nettement moins le collège… Chaque jour, y aller devient plus difficile, jusqu’à un profond mal être.

Nowhere girl est le récit autobiographique touchant de Magali Le Huche, qui raconte 3 années de sa vie marquées par la phobie scolaire. Les chansons des Beatles deviennent son moyen d’évasion ! On a aimé la palette de couleurs, du rose et noir pour les scènes du quotidien en alternance avec le multicolore éclatant pour les Beatles.

Déracinée – Soledad et sa famille d’accueil

Bande dessinée écrite et illustrée par Tiffanie Vande Ghinste, 2021, Belgique

Dans la famille de Billie, il y a des frères et sœurs biologiques… et des frères et sœurs d’accueil. Un jour, sa mère l’appelle pour l’informer d’une décision de la juge aux familles : Soledad, une des sœurs d’accueil, doit retourner auprès de sa mère biologique. Toute la famille craint pour la stabilité émotionnelle de la jeune fille…

Une très belle bande dessinée, pleine de couleurs, qui illustre le quotidien peu ordinaire de cette famille d’accueil. La BD décrit le système tel qu’il existe en Belgique, où il s’agit d’un engagement bénévole. Entre tendresse et découragement, on suit chacun.e des membres de la famille dans ce moment difficile, où une nouvelle rupture est créée dans le parcours déjà chaotique de Soledad… qui a bien du mal à trouver sa place.

Salomé et les femmes de parole

Roman écrit par Nathalie Charles, 2019, France

Salomé entre en 6ème, dans un tout nouveau collège… qui n’a même pas encore de nom ! Et justement, un concours est organisé pour lui trouver un nom. La timide Salomé, souvent qualifiée d’ « intello » par certains de ses camarades, va relever le défi. Elle se lance alors dans des recherches pour trouver le nom d’une personne célèbre… et si possible, une femme !

Un roman sympathique, avec une jeune héroïne qui découvre une grande injustice : les femmes sont largement sous-représentées parmi les noms de rue dans son quartier ! On la suit dans son quotidien au collège et avec sa famille, et on suit également toutes ses recherches de femmes célèbres, ce qui permet aux jeunes lecteur.ice.s de (re)découvrir des noms plus ou moins connus de manière très ludique : Simone de Beauvoir, Simone Veil, Rosa Parks, Megan Rapinoe, Emma Gonzalez…

Le deuxième (et dernier) tome est également paru et raconte la suite de cette aventure.