Chez soi – Une odyssée de l’espace domestique 

Essai écrit par Mona Chollet, 2015, France

Ode au foyer, lieu de repos, de protection, de rêves. Mais comment faire dans ce monde où trouver un logement est si compliqué, où tant d’entre nous n’y ont pas accès ? Comment faire quand le foyer devient lieu d’enfermement des femmes, contraintes à une vie de couple et de ménagères accomplies (coucou Titiou Lecoq !) ?

Dans cet ouvrage, Mona Chollet réhabilite les casanier.e.s et invite à repenser l’espace domestique. Pour qu’enfin il soit un vrai refuge, pour toutes et tous, sans mécanismes de domination. La lecture est fluide, drôle… à lire bien au chaud dans son canapé ! A lire également : Beauté fatale – Les nouveaux visages d’une aliénation féminine et Sorcières – La puissance invaincue des femmes.

Beauté fatale – Les nouveaux visages d’une aliénation féminine

Essai écrit par Mona Chollet, 2012, France

Obsession du corps parfait et de la minceur, chirurgie esthétique, concours de beauté pour petites filles, crèmes blanchissantes… Comment la presse “féminine”, la publicité et l’industrie “de la beauté” véhiculent des normes inatteignables, provoquent haine de soi et de son corps, enferment les femmes dans un besoin de perfection et de séduction permanentes ? C’est de tout cela qu’il est question dans Beauté fatale.

Mona Chollet enquête sur les injonctions sexistes à une “féminité” parfaite, qui pèsent sur les femmes et les aliènent. Un essai essentiel, très dense, très documenté, engagé et souvent drôle, qui fait du bien… et qui propose des pistes pour avancer et sortir des carcans imposés. De la même autrice, à lire également : Sorcières – La puissance invaincue des femmes et Chez soi – Une odyssée de l’espace domestique.

Les filles ont-elles un cerveau fait pour les maths ?

Essai écrit par Catherine Vidal, 2012, France

Vraiment, les garçons seraient meilleurs en maths, seuls capables de lire une carte routière ? Les femmes seraient seules capables de faire deux choses à la fois, mais seraient d’incorrigibles bavardes ? Et tout ça, viendrait de nos cerveaux, fondamentalement différents ?

Heureusement, la neurobiologiste Catherine Vidal est là pour remettre les choses à l’endroit ! Elle rappelle que les clichés n’ont aucune justification physiologique, et que la plasticité du cerveau permet d’acquérir de nouvelles compétences tout au long de la vie. Un petit ouvrage très facile à lire, à mettre dans les mains de tous les sceptiques ! Dans la même collection, Hommes, femmes : avons-nous le même cerveau ? est construit un peu différemment mais reprend les mêmes arguments.

Hommes, femmes : avons-nous le même cerveau ?

Essai écrit par Catherine Vidal, 2012, France

Les inégalités salariales et l’inégale répartition des tâches domestiques s’expliquerait-elle par une différence dans le cerveau des filles et des garçons, dès la naissance ?

Non, pas du tout ! Catherine Vidal, neurobiologiste, explique de manière simple les recherches scientifiques récentes sur nos cerveaux, rappelle que les clichés n’ont aucune justification physiologique et que la plasticité du cerveau est égale pour les toutes et tous ! Un ouvrage très accessible et facile à lire. Dans la même collection, Les filles ont-elles un cerveau fait pour les maths ? est construit un peu différemment mais reprend les mêmes arguments.

Un troussage de domestique

Essai coordonné par Christine Delphy, 2011, France

DSK, victime du puritanisme ? Les femmes, toutes des menteuses ? Les États-Unis, confondraient-ils sexualité et violences sexuelles ?

Un vingtaine d’autrices, journalistes, éditrices, historiennes, militantes, réunies par Christine Delphy, analysent les réactions à l’arrestation puis à l’inculpation de Dominique Strauss-Kahn, en mai 2011 à New-York. Rokhaya Diallo, Mona Chollet, Gisèle Halimi, Titiou Lecoq, Emmanuelle Piet, Audrey Pulvar… toutes remettent en cause les propos des amis de DSK, hommes politiques et journalistes, qui ont assimilé viol et libertinage. Plusieurs années avant #MeToo, elles affirment que la présomption d’innocence ne doit pas empêcher de croire les victimes, que le consentement ne doit jamais être piétiné. Un livre important.

Pas pour les filles

Autobiographie écrite par Mélissa Plaza, 2019, France

Enfant, Mélissa Plaza est déjà passionnée de football ! Mais pour devenir une internationale renommée, les obstacles sont nombreux… à la fois dans sa vie personnelle et dans sa vie académique puis professionnelle. Elle mène en parallèle une thèse sur les stéréotypes de genre dans le sport.

Mélissa Plaza met en lumière le sexisme, les violences et les discriminations qui pèsent sur elle parce qu’elle est femme et sportive de haut niveau. Mais aussi l’immense écart de traitement entre les équipes masculines et féminines, notamment en termes de budget et d’équipements.  Elle transmet sa passion avec ferveur ! Et le tout est rédigé en écriture inclusive, un vrai plaisir à lire !

Libérées – Le combat féministe se gagne devant le panier de linge sale

Écrit par Titiou Lecoq, 2017, France

Un jour, l’autrice se rend compte qu’elle est une femme. Oui, parce qu’avec un conjoint et 2 enfants à la maison, elle est écrasée par les tâches domestiques. Comment regagner le combat pour l’égalité dans ces conditions ? Comment les inégalités dans la sphère privée influent aussi sur le travail, l’espace public, le harcèlement sexuel ?

Journaliste et blogueuse, Titiou Lecoq nous incite à ne plus ramasser les chaussettes sales ! Dans cet essai, elle aborde les inégalités femmes hommes au prisme des tâches domestiques, de la charge mentale, de l’éducation des enfants et de l’occupation de l’espace (les femmes à l’intérieur, les hommes à l’extérieur). Un texte incisif et très bien documenté, jusqu’aux annexes historiques portant sur la division sexuelle du travail ou les arts ménagers.

La ville faite par et pour les hommes

Écrit par Yves Raibaud, 2015, France

En France, les noms de rues portent un nom masculin dans 94% des cas. 75% des budgets publics destinés aux loisirs des jeunes bénéficient aux garçons. 100% des femmes ont connu au moins une fois une situation de harcèlement dans les transports en commun. En bref, la ville et ses usages se déclinent quasiment exclusivement au masculin, renforçant les inégalités entre femmes et hommes. Comment penser une ville plus égalitaire, plus mixte ?

Yves Raibaud, géographe, propose des solutions aux inégalités dans l’espace public. Un ouvrage court de la collection Égale à égal (en partenariat avec le Laboratoire de l’égalité), qui comprend de nombreuses références à des expertes ou associations engagées pour changer les choses !

Chère Ijeawele, ou un manifeste pour une éducation féministe

Écrit par Chimamanda Ngozi Adichie, 2017, États-Unis, Nigeria 

Chimamanda Ngozi Adichie écrit à son amie Ijeawele, qui vient de donner naissance à une petite fille. Elle lui donne des conseils pour l’éduquer de manière féministe !

L’autrice nigériane parle de sa propre expérience du sexisme et en tire des enseignements pour déjouer les pièges des stéréotypes, qu’elle transmet ici sous forme d’une longue lettre, souvent drôle. Un court essai, facile à lire, à mettre entre toutes les mains avant d’enchaîner avec un autre essai, un roman ou un recueil de nouvelles de cette autrice engagée !

Mouvement des lesbiennes, lesbiennes dans le mouvement

Coordination lesbienne en France, 2011, France

Dans le cadre des 40 ans du Mouvement de libération des femmes (MLF), la Coordination lesbienne en France (CLF) a organisé un colloque Mouvement des lesbiennes, lesbiennes dans le mouvement, dont les actes ont été publiés. La première partie est historique : retour sur les années 70 avec la structuration d’un mouvement et la création de nombreuses revues lesbiennes, réflexion sur la non mixité du mouvement lesbien dans les années 80 à 2000… S’ensuivent de nombreux témoignages de militantisme, de création de lieux lesbiens, etc.

Quelle richesse que ces témoignages d’engagements lesbiens ! Chercheuses, militantes, fondatrices de lieux de sociabilisation, voyageuses, françaises et internationales, elles racontent leurs expériences du lesbianisme. Même si certains textes ne sont pas hyper accessibles, il y en a pour toutes !