Sororité

Recueil de textes écrits sous la direction de Chloé Delaume, par Juliette Armanet, Lauren Bastide, Iris Brey, Estelle-Sarah Bulle, Rébecca Chaillon, Jeanne Cherhal, Alice Coffin, Camille Froidevaux-Metterie, Kiyémis, Lola Lafon, Fatima Ouassak, Ovidie, Lydie Salvayre, Maboula Soumahoro, 2021, France 

Réunies par Chloé Delaume, 15 autrices racontent leur vision de la sororité. Lola Lafon parle du lien indéfectible qui l’a unie à 2 autres femmes suite à un viol ; Iris Brey raconte la puissance d’une main tenue ; Ovidie analyse la chanson “Comme des garçons” ; Maboula Soumahoro raconte le soutien de ses sœurs, qui lui a permis de devenir celle qu’elle est aujourd’hui ; Alice Coffin propose une réflexion passionnante sur la sororité à l’épreuve de la politique.

Au total, 15 textes puissants, poétiques, engagés, pédagogiques, amoureux… qui donnent envie de se soutenir toujours davantage entre sœurs, de faire preuve de cette “exigence sororale” que conceptualise Camille Froidevaux-Metterie. Le plus : un livre à petit prix, sorti en poche aux éditions Points (qui inaugurent ainsi leur collection féministe). À garder sur sa table de chevet pour se sentir soutenue et entourée !

Les femmes aussi sont du voyage – L’émancipation par le départ

Les femmes aussi sont du voyage

Essai écrit par Lucie Azema, 2021, France

Ulysse s’en va faire le tour de la Méditerranée et Pénélope reste sagement à l’attendre… jusqu’à ce que de nouvelles générations de femmes en aient marre de patienter et se mettent, elles aussi, à voyager.

Cet essai de la journaliste Lucie Azema détaille et raconte les liens entre femmes et voyages à travers les siècles. Parsemant son récit d’anecdotes personnelles, Les femmes aussi sont du voyage est très réussi et aborde de nombreuses thématiques : la liberté, la maternité / paternité, le mensonge en voyage… l’autrice s’appuie sur de nombreux exemples et différence de statut entre femmes et hommes, puisés dans les récits de voyage d’hommes (connus) et de femmes (moins connues et qu’on prend plaisir à découvrir !). Un livre à annoter et à offrir aux voyageuses de votre entourage.

Et pour découvrir des héroïnes qui voyagent, consultez notre sélection.

Survivre au sexisme ordinaire – Analyses et techniques de 18 féministes pour le mettre K.-O.

Manuel d’action co-écrit par Eve Cambreleng, Alizée Vincent, Klaire fait Grr, Élise Thiébaut, Lauren Malka, Marie Kirschen, Pauline Harmange, Ovidie, Kiyémis, Amandine Dhée, Fiona Schmidt, Camille et Justine, Mathilde Larrère, Valérie Rey-Robert, Paul B. Preciado, Marie Sauvion, Rebecca Amsellem et Élodie Shanta, 2021, France

Face au sexisme, que faire ? C’est à cette question que 18 personnalités féministes répondent, donnant leurs conseils pour réagir quand c’est possible. Du harcèlement de rue aux stéréotypes sur la sexualité des femmes noires, de l’injonction à être mère ou à s’épiler au mansplaining : chacune part d’une situation vécue et propose son analyse et ses bonnes idées pour répliquer… ou ne pas le faire, et royalement ignorer les misogynes (parce que oui, on a le droit de le faire !).

Herstory – Histoire(s) des féminismes

Essai écrit par Marie Kirschen, 2021, France

Afrofeministe, avortement, Beyoncé, écoféminisme, gouines rouges, intersectionnalité, male gaze, #NiUnaMenos, plafond de verre, soutien-gorge, syndrome de la schtroumpfette, WonderWoman… 

Oui, tous ces sujets (et beaucoup d’autres !) sont abordés par la journaliste Marie Kirschen dans cet ouvrage passionnant, véritable glossaire de l’histoire des féminismes avec une perspective intersectionnelle passionnante ! Le livre, illustré par Anna Wanda Gogusey, est construit à partir de textes courts et très pédagogiques, on peut le lire d’une traite ou piocher dedans en fonction de nos envies. L’autrice explique les concepts, raconte les combats des féministes, et nous donne des centaines de références théoriques, musicales, cinématographiques… On a particulièrement apprécié la rubrique “Genre”, qui condense en quelques pages les travaux parfois complexes des chercheuses en études de genre. Un ouvrage à lire et à offrir !

En finir avec les violences sexistes et sexuelles

Manuel d’action écrit par Caroline De Haas, 2021, France 

Comment en finir avec les violences sexistes et sexuelles ? Dans ce manuel d’action, la militante féministe et formatrice Caroline De Haas donne les clés pour agir concrètement. En trois parties (identifier, comprendre et agir), elle transmet de manière ultra-pédagogique des chiffres, concepts et méthodes, inspirées de ses rencontres et expériences. A la lecture, on a parfois l’impression que l’autrice est à côté de nous et nous parle, nous encourage, ce qui rend vraiment la lecture très plaisante !

Pour aller plus loin, chaque chapitre se termine par de nombreuses références d’enquêtes, podcasts, films (Jusqu’à la garde, Les Chatouilles, les courts-métrages de la MIPROF, etc.), livres (de Bell Hooks au livret de prévention Stop aux violences sexuelles faites aux enfants, etc.)…

Le livre sort le 4 mars 2021. L’intégralité des droits d’autrice seront reversés au collectif #NousToutes.

Éduquer sans préjugés – Pour une éducation non sexiste des filles et des garçons

Essai écrit par Amandine Hancewicz et Manuela Spinelli, 2021, France 

Surcharge maternelle, vêtements et jouets genrés, omniprésence des “grands hommes” dans les livres d’Histoire, choix d’une activité sportive… Ce n’est pas toujours facile d’être parent face aux stéréotypes et injonctions sexistes ! 

Co-fondatrices de l’association Parents & féministes, Amandine et Manuela proposent un essai très pédagogique, qui donne des clés pour mieux identifier et comprendre ses propres préjugés et les surmonter, puis éduquer les plus jeunes de la manière la plus égalitaire possible. De nombreux témoignages de parents émaillent le récit, procurant un sentiment libérateur de solidarité face à la montagne de sexisme qui nous entoure parfois. On a apprécié que de nombreuses organisations militantes, autrices ou chercheuses soient citées, autant de références qui permettent d’aller plus loin ou même de s’engager !

Présentes

Essai écrit par Lauren Bastide, 2020, France

Être visibles, sans peur. Se montrer telles que nous sommes : femmes, noires, en situation de handicap, voilées, lesbiennes… Être présentes dans les médias, dans la ville, en politique.

Inspirée par son podcast La Poudre et suite à une série de conférence au Carreau du Temple en 2018 et 2019, à laquelle 9 féministes avaient répondu « présentes », Lauren Bastide a écrit cet essai percutant. Elle donne la parole à ces 9 militantes et chercheuses (Elisa Rojas, Rokhaya Diallo, Alice Coffin, Caroline De Haas, Chris Blache, Pascale Lapalud, Hanane Karimi, Anaïs Bourdet et Marie Dasylva) qui expliquent les raisons de l’invisibilisation des femmes dans les espaces publics et donnent des pistes pour renverser l’ordre établi. L’autrice et ses invitées incitent aussi à une convergence des luttes pour penser de manière plus intersectionnelle. Une vraie invitation à se réapproprier les espaces qui sont aussi les nôtres !

La familia grande

Autobiographie de Camille Kouchner, France, 2021

Camille Kouchner, 45 ans, raconte son enfance. Un semblant de joie flotte sur cette « familia grande », composée des ami.e.s des parents qui se réunissent chaque année à Sanary dans la maison de vacances du beau-père. Ils sont soixante-huitards, ils revendiquent la liberté totale… et cette ambiance pseudo-libre rend mal à l’aise, quand la « liberté » va jusqu’à intimer à des jeunes adolescent.e.s à peine pubères de faire l’amour (à 12 ans, quoi, ce n’est pas encore déjà fait ?!), et puis il y a ces photos en grand format accrochées aux murs, des photos de fesses et de seins de femmes mais aussi de fillettes. Il y a aussi cette série de suicides des proches de la famille, qui entachent le pseudo-bonheur, qui transforment la mère aimante en une femme brisée. Et puis, le récit bascule quand Camille raconte l’année 1988, quand son frère jumeau « Victor » lui confie que le beau-père lui rend visite dans la nuit : violences sexuelles par inceste. L’autrice raconte comment l’agresseur verrouille le secret, cette culpabilité qui l’envahit et qui durera des décennies. Jusqu’au décès de la mère et à cet écrit libérateur.

Un récit intense, qui détaille avec force comment le traumatisme s’inscrit dans la chair des victimes, et comment le silence des familles empêchent la parole de se libérer.

La dernière amazone

Recueil de témoignages écrit par Nina Almberg, 2021, France

Au XVIème siècle, des colonisateurs espagnols ont rencontré dans la région actuellement nommée « Amazonie » une armée de femmes, leur rappelant les Amazones des récits mythologiques… 500 ans plus tard, des femmes et des hommes brésilien.ne.s racontent leurs versions de ce mythe et de celui des Icamiabas, un peuple de femmes aux mystérieuses amulettes, les muiraquitãs…

Entre histoire et mythe, entre réalité passée et actuelle, Nina Almberg a mené en 2017 des entretiens dans le cadre d’un reportage radiophonique. Elle en a fait un livre publié aux éditions Hors d’Atteinte, dans lequel se croisent des récits multiples, qui racontent comment les mythes de femmes puissantes sont devenus une source d’inspiration dont chacune peut s’inspirer librement. Des récits courts et fascinants qui se dévorent, et qui donnent envie de partir à la rencontre des Icamiabas des temps actuels.

L’amour sous algorithme

Amour sous algorithme

Essai autobiographique écrit par Judith Duportail, 2019, France

Complètement accro à l’application Tinder, Judith Duportail apprend que ladite application note ses utilisateurs et utilisatrices en fonction de leur “désirabilité”. Judith, journaliste de métier, décide de mener l’enquête.

Que vient faire cet essai à propos d’un service de rencontres en ligne sur 1001 héroïnes, pourrez-vous peut-être vous demander ? Ici, l’air de rien, Judith Duportail soulève plein de maux issus du patriarcat qui pèsent sur les femmes trentenaires, CSP+, vivant en milieu urbain, notamment l’injonction au couple (pour les femmes donc) et la mise en concurrence des femmes entre elles sur le “grand marché de la bonne meuf” (comme dirait Virginie Despentes dans King Kong Théorie). L’essai se dévore grâce à une écriture fluide et surtout un suspens qui nous donne envie d’aller jusqu’au résultat de l’enquête. Une belle illustration (et introduction !) aux liens entre capitalisme et patriarcat.