Petite forêt

Petite forêt film féministe

Long métrage réalisé par Yim Soon-rye, 2018, Corée du sud

Après plusieurs échecs, dont un examen important, la jeune Hye-won décide de quitter Séoul sur un coup de tête pour revenir temporairement dans le village où elle a grandit. Les semaines passent, elle retrouve ses ami.e.s d’enfance Jae-ha et Eun-sook, elle prépare les saisons agricoles… et ne semble pas prête à repartir.

Petite forêt est l’adaptation coréenne du manga japonais du même nom. Assez fidèle, on y retrouve une héroïne attachante (la lumineuse actrice Kim Tae-ri, beaucoup plus à son avantage que dans Mademoiselle), perdue, qui se plonge corps et âme dans un quotidien rural pour échapper à ses problèmes. Comme dans le manga, elle cuisine beaucoup (attention ça donne faim !). On aime que dans cette adaptation, ses ami.e.s soient plus présent.e.s et qu’elle semble plus entourée. Un film feel good, une ode à la slow life (ça fait beaucoup de mots anglais pour terminer ce résumé !). Inédit en France après sa brève sortie au cinéma, une édition DVD est enfin disponible aux éditions Borealia.

Maggie a un plan

Maggie a un plan film féministe

Long métrage réalisé par Rebecca Miller, 2016, Etats-Unis

Maggie, trentenaire célibataire, veut absolument un enfant. Alors qu’elle trouve dans son entourage un donneur de sperme, elle tombe amoureuse (et réciproquement) de John, un universitaire déjà marié avec Georgette, universitaire également, et père de deux enfants. Quelques années plus tard, Maggie, mère d’une petite fille, partageant son conjoint John avec sa première famille, a un plan : remettre John et Georgette ensemble.

Maggie a un plan est un film assez déroutant, qui aborde avec légèreté et détermination les désirs féminins. Maggie n’a aucun problème à vouloir concevoir un bébé toute seule et d’ailleurs, la vie de famille avec l’énorme charge mentale et organisationnelle qui s’en suit les années passant lui font réfléchir à nouveau à la possibilité d’être mère célibataire, sans aucun complexe. On a également trouvé intéressant le traitement de l’infidélité masculine du point de vue des femmes, infidélité tournée en ridicule avec le personnage de John, finalement mené en bateau par les deux “femmes de sa vie” (jouées par Greta Gerwig et Julianne Moore) dont il ne s’occupe absolument pas.

Bonne nouvelle, vous pouvez voir le film en accès libre sur le site de France tv jusqu’au 28 février 2022.

Le bal des folles

Long métrage adapté du roman de Victoria Mas, réalisé par Mélanie Laurent, 2021, France

Fin du XIXème siècle, à Paris. Eugénie Cléry est une jeune fille de bonne famille. Mais elle possède un don inhabituel : elle entend et voit les morts. Après avoir fait part de ce don à sa grand-mère, elle est enfermée par sa famille à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière, au “service des hystériques” dirigé par le célèbre neurologue Charcot. Là, elle subit de nombreux traitements censés la guérir : examens gynécologiques forcés, séances d’hypnose, bains froids, enfermement dans le noir…

Adapté du roman du même nom, ce long métrage en propose une adaptation qu’on a trouvé plus violente. Certaines scènes sont particulièrement impressionnantes, marquées par la cruauté de plusieurs personnages. La réalisatrice a fait le choix (mais c’est aussi le jeu lors d’une adaptation cinématographique) de montrer davantage, plus frontalement, les expériences menées par le professeur Charcot et ses équipes sur des femmes souvent fragiles, traumatisées. Un film fort et une démarche, avec le recrutement d’actrices en situation de handicap, à saluer.

On vous conseille aussi, évidemment, le roman de Victoria Mas. A lire aussi, la belle adaptation du roman en BD, ainsi que le récit, en BD également, de Nelly Bly dans un asile psychiatrique de New-York.

Respect

Long métrage réalisé par Liesl Tommy, 2021, Etats-Unis

Fille d’un pasteur baptiste, Aretha commence très jeune à chanter dans l’église de son père C. L. Franklin, militant des droits civiques et proche de Martin Luther King, à Detroit. Après la mort brutale de sa mère alors qu’elle n’avait pas encore 10 ans, Aretha accompagne de plus en plus fréquemment son père dans ses tournées dans tout le pays. Celui-ci décide aussi de la présenter à un producteur pour qu’elle enregistre ses premiers disques… C’est le début de sa renommée qui deviendra internationale.

Respect est un film très complet sur la vie d’Aretha Franklin, qu’on a beaucoup aimé. De son enfance jusqu’au début des années 70, il retrace sa carrière mais s’arrête également sur plusieurs faits marquants de sa vie personnelle : son viol quand elle était enfant, qui a mené à deux grossesses alors qu’elle avait 12 et 14 ans ; les relations compliquées avec son père ; les violences conjugales qu’elle a subies… Si le film aurait pu être très difficile (à l’image de celui sur Billie Holiday qui comporte plusieurs scènes très violentes), on a apprécié ici la façon dont ces violences sont suggérées sans être montrées de manière trop frontale. La performance de Jennifer Hudson, d’ailleurs choisie par Aretha Franklin elle-même pour ce rôle, est impressionnante. Evidemment, on a aussi adoré la musique et la manière dont les chansons sont mises en regard de la vie de la chanteuse, de son émancipation progressive et de ses engagements politiques. Bref, 2h15 de film qui passent très vite !

Pour compléter ce biopic, on vous conseille aussi le documentaire Aretha Franklin – Soul Sister. Et pour (re)découvrir d’autres chanteuses noires-américaines incontournables pour l’histoire de la musique, on vous conseille Billie Holiday, une affaire d’Etat et Nina.

Billie Holiday, une affaire d’Etat

Billie holiday une affaire d'état film

Long métrage réalisé par Lee Daniels, 2021, Etats-Unis

En 1939, la chanteuse de jazz Billie Holiday fait sensation avec sa chanson “Strange fruits”, qui dénonce les atrocités racistes que subissent les Noirs américains. Le gouvernement lui interdit rapidement de chanter cette chanson. Elle refuse et devient la cible d’une violente campagne pour la faire taire.

Billie Holiday, une affaire d’Etat est un récit au cœur du quotidien de la célébrité (son succès auprès de tous les publics, ses addictions et ses relations intimes, souvent violentes) sur fond de politique américaine. Malgré quelques longueurs, le film est bien mené et on en apprend plus sur cette icône, et rien que pour ça, ce film vaut le détour ! Attention cependant, plusieurs scènes de violences (conjugales et sexuelles) sont montrées de manière très frontale.

Trois décennies plus tard, c’est l’actrice Jean Seberg qui est étroitement surveillée pour ses engagements et ses fréquentations proches du mouvement des droits civiques. Le film Seberg raconte cette période de sa vie. Et pour d’autres femmes incontournables de la musique noire-américaine, retrouvez Aretha Franklin dans Respect, Nina Simone dans Nina et Whitney Houston dans le documentaire Whitney: can I be me?.

Louxor

Louxor

Long métrage réalisé par Zeina Durra, 2020, Egypte, Royaume-Uni

Hana travaille dans l’humanitaire. Lors de congés, elle retourne en Egypte où elle a vécu un temps étant plus jeune. Par hasard, elle recroise Sultan, un archéologue et ancien amant. Va-t-elle pouvoir trouver la paix intérieure qui lui manque dans cette ville millénaire ?

On ne le comprend pas tout de suite, on le devine au fil du temps, Louxor est un récit sur une femme dans l’impasse, qui cherche des réponses pour elle-même. Bon, et c’est aussi une sublime carte postale de la ville de Louxor, on ne vous le cache pas ! On aime beaucoup la relation délicate (et saine, ça change) qui se reconstruit entre les deux personnages, deux amants qui se retrouvent 20 ans plus tard. Un film apaisant, lumineux et plein de sagesse intérieure. Et Andrea Riseborough, actrice principale, est fascinante. A voir.

Cruella

Cruella film disney

Long métrage réalisé par Craig Gillespie, 2021, Etats-Unis, Royaume-Uni

Avant d’être la Cruella d’Enfer du film d’animation les 101 Dalmatiens, cette fameuse méchante de Disney s’appelait Estella. Elle était jeune, pleine de rêves, escroc de génie et passionnée de mode. Lorsque la baronne de la mode londonienne s’intéresse à une de ses créations, tout change…

Portée par les fantastiques Emma Stone et Emma Thompson, cette visite dans le passé de Cruella est une réussite. C’est frais, punk-rock et dynamique (dans un style cinématographique proche de celui de Birds of Prey), avec des costumes superbes et plein de clins d’œil au film d’origine. Certes, l’histoire ne dit pas tout à fait comment elle est arrivée à être aussi méchante dans les 101 Dalmatiens mais voilà une héroïne qui dépote et un film très chouette !

Pour retrouver Emma Stone dans un autre registre, on vous conseille Battle of the Sexes.

Kim Ji-young: Born in 1982

Kim ji young born in 1982 adaptation film roman féministe corée

Long métrage réalisé par Kim Do-young, 2019, Corée du sud, adaptation du livre Kim Ji-young née en 1982 écrit par Cho Nam-joo

Kim Ji-young est une jeune femme trentenaire parfaitement banale. Après des études et un début de carrière prometteur, elle se marie et accouche d’un premier enfant. L’arrivée de ce dernier lui fait perdre pied peu à peu…

Suite au succès en librairie du roman du même nom, le film est arrivé très vite. On attendait beaucoup de l’adaptation et, si la première partie du film est intéressante, la 2ème est assez décevante et dénature le propos principal du roman selon nous (l’héroïne, illustration parfaite du parcours d’une femme dans une société patriarcale, est de plus en plus culpabilisée et la toute fin n’a pas du tout le même sens que celle du livre). Les retours dans le passé ne sont pas toujours faciles à suivre (surtout si vous n’avez pas lu le roman). Comme un exemple supplémentaire du patriarcat, en Corée du sud, l’actrice principale du film, Jung Yu-mi, ainsi que d’autres célébrités sud-coréennes qui se sont exprimées sur le sujet, ont subi des vagues de cyber-harcèlement lors de la sortie du film.

Encore inédit en France, nous l’avons vu grâce au Festival du Film Coréen à Paris !

Nomadland

Nomadland film van aménagé nomade

Long métrage réalisé par Chloé Zhao, 2020, Etats-Unis, d’après le livre Nomadland: Surviving America in the Twenty-First Century de Jessica Bruder

Pendant la crise économique de 2008, Fern, veuve sexagénaire, a tout perdu. Alors elle se décide à prendre la route à bord d’un van aménagé et de vivre la vie de nomade. Sur sa route, elle rencontrera d’autres nomades modernes avec lesquel.le.s elle partagera le mode de vie.

Multi-nominé et récompensé dans les grands festivals de cinéma, Nomadland est un bijou. Des paysages, une lumière et une réalisation magnifiques, et une héroïne comme on en voit peu au cinéma. Un beau portrait de femme épuisée à la recherche un nouveau souffle à sa vie. A mi-mots pendant tout le film, on devine la vie monotone de Fern, conditionnée par son mari. Nomadland est aussi un aperçu d’une certaine forme de pauvreté aux Etats-Unis illustrée par des scènes de films quasi de science fiction (les entrepôts Amazon où travaille l’héroïne à certains moments) et des personnages secondaires aux passés variés.

Pour d’autres héroïnes qui voyagent à travers les Etats-Unis, on vous conseille le film Juanita et l’autobiographie de Gloria Steinem Ma vie sur la route.

Baseball girl

Baseball girl film féministe coréen sport

Long métrage réalisé par Choi Yun-Tae, 2019, Corée du sud

Soo-In est la seule fille de l’équipe de baseball de son lycée. Elle rêve d’intégrer une équipe professionnelle mais le nouvel entraineur de son équipe lycéenne n’a pas l’air de vouloir l’entendre de cette oreille.

Baseball girl, que nous avons découvert grâce au Festival du Film Coréen à Paris 2021, est un film intéressant sur le sexisme dans le milieu du sport. A travers les yeux d’une adolescente, on constate nombre d’obstacles que des jeunes femmes peuvent affronter dans le milieu compétitif du sport, notamment dans des disciplines traditionnellement pratiquées par les hommes. L’héroïne s’accroche, finit par convaincre ses proches, et même si elle semble très isolée pendant une grande partie du film, des lueurs d’espoir s’allument tout au long du récit. A voir si vous en avez l’occasion !

Pour une autre jeune héroïne dans le milieu du sport, on vous conseille le film Slalom.