Arlington park

Roman écrit par Rachel Cusk, 2008, Royaume-Uni

Juliet, Maisie, Amanda, Christine… Elles vivent dans la banlieue résidentielle d’Arlington Park en Angleterre. Sur le papier, elles ont tout pour être heureuses : une belle maison, un mari charmant, des enfants aimants. Dans la réalité, elles se trouvent engoncées dans leur couple et leur maternité, rêvent d’ailleurs, d’une autre vie.

Un roman qui paraitra à certain.e.s plat et très ennuyant : 24 heures de la vie de ces femmes, depuis leur maison jusqu’à l’école des enfants, depuis le centre commercial jusqu’à un dîner chez l’une ou l’autre. Mais c’est tout l’intérêt du livre, de nous embarquer dans un quotidien sans remous, de nous montrer aussi la difficulté de changer de vie quand elle semble si bien ordonnée. De ce point de vue, c’est une réussite !

Sur la thématique de l’aliénation domestique et conjugale, on vous conseille également La condition pavillonnaire et La femme gelée.

Le tour du monde en 72 jours

Récit de voyage écrit par Nelly Bly, 1890, Etats-Unis

A la fin du XIXème siècle, la journaliste Nelly Bly convainc sa rédaction de l’envoyer battre le record fictif du héros du Tour du monde en 80 jours de Jules Verne. Chargée d’un unique sac à main de voyage, elle embarque en novembre 1889 sur un bateau pour traverser l’Atlantique, première étape de cette aventure…

Le tour du monde en 72 jours est composé des récits de voyage de l’aventurière, ainsi que de coupures de journal qui relaient son expédition. Une entreprise assez incroyable, et Nelly Bly souhaite démontrer qu’une femme en est capable ! Cependant, son récit est aussi particulièrement marqué par son époque : elle décrit les populations locales d’une manière extrêmement péjorative et raciste, se comporte parfois de manière très irrespectueuse des traditions et coutumes locales… voire se montre violente. Enfin, il est à noter que ce tour du monde ne se fait pas vraiment en solitaire : la journaliste est accompagnée (chaperonnée ?) tout au long du voyage par des hommes !

Pour découvrir un autre aspect de la vie passionnante de Nelly Bly, on vous conseille la BD Nelly Bly – Dans l’antre de la folie.

Petite

Petite

Roman autobiographique écrit par Geneviève Brisac, 1994, France

Nouk, 13 ans, est anorexique. Jour après jour, elle mange de moins en moins et trouve des échappatoires pour ingérer le moins de nourriture possible.

Petite est un texte poignant, court, magnifiquement écrit sur le sujet de l’anorexie. Adulte ou ado, Petite ne devrait pas vous laisser indifférent.e.

Le club Jane Austen

Le Club Jane Austen

Roman écrit par Karen Joy Fowler, 2005, Etats-Unis

Cinq femmes et un homme d’âges et de situations diverses se retrouvent lors d’un club autour des romans de Jane Austen. L’occasion pour eux d’échanger sur leur autrice favorite et de raconter à tou.te.s ou à certain.e.s leurs histoires personnelles.

Le club Jane Austen est un roman surprenant et léger, avec une panoplie de personnages et de situations qui nous ont fait penser à l’écriture de Fannie Flag dans La dernière réunion des filles de la station service par exemple. Chaque chapitre raconte une des rencontres mensuelles du club autour d’une œuvre précise de l’autrice anglaise chez l’un des 6 personnages. Pas besoin de connaître tout Jane Austen pour apprécier ce roman ! Le club est plutôt un prétexte pour raconter les histoires de ces personnages, tous différents par leur âge, leur parcours de vie et leurs attentes (avec certes, parfois des clins d’œil aux romans de Jane Austen) : une célibataire cinquantenaire et sa meilleure amie de toujours en cours de divorce, la fille de celle-ci trentenaire artiste et lesbienne, une jeune professeure de français, une vieille femme croqueuse d’hommes, et un homme entre deux âges fan de science-fiction. Une chouette lecture, qui vous donnera peut-être envie de (re)lire Orgueil et Préjugés, Raisons et sentiments… ou encore les œuvres de l’écrivaine Ursula K. Le Guin (quel est le rapport entre les deux ? On vous laisse lire ce roman pour le découvrir !).

Fille, femme, autre

Roman écrit par Bernardine Evaristo, Royaume-Uni, 2020

Amma, Dominique, Yazz, Shirley, Carole, Bummi, LaTisha, Megan/Morgan, Hattie, Penelope, Winsome, Grace. De 19 à 93 ans, ces 12 femmes évoluent dans notre monde actuel, patriarcal et raciste, empreint parfois de violences. Elles cherchent qui elles sont, qui elles veulent être, comment atteindre le bonheur.

Dans ce roman passionnant à l’écriture poétique, Bernardine Evaristo nous embarque à la rencontre de 12 femmes, presque toutes noires, de tous les âges. Les récits s’entremêlent, abordant plein de manières d’être femme, amoureuse, mère, lesbienne, iel, féministe… C’est sûr, vous trouverez forcément dans Fille, femme, autre un récit qui vous accrochera et dont vous vous souviendrez longtemps.

Les impatientes

Roman écrit par Djaïli Amadou Amal, Cameroun, 2020

Comme une litanie, les hommes répètent à Ramla, Hindou et Safira d’être patientes : “munyal, munyal”. Mais les trois héroïnes subissent mariages forcés, polygamie, violences psychologiques, physiques et sexuelles. Alors forcément, elles souffrent et s’impatientent…

Dans ce roman puissant, Djaïli Amadou Amal raconte les destins croisées de trois femmes, confrontées au patriarcat. On ressent une grande rage en lisant ces histoires, une immense envie d’agir. Certaines se retrouvent isolées, piégées par la mise en concurrence des femmes entre elles dans un ménage polygame. Et puis il y a toutes ces injonctions, de la part des hommes mais aussi des femmes de leur entourage : il faudrait supporter sans se plaindre… Des récits parfois difficilement soutenables, mais tellement importants.

On vous conseille aussi le grand classique de Mariama Bâ, Une si longue lettre, qui évoque également la polygamie.

De pierre et d’os

Roman écrit par Bérengère Cournut, France, 2019

Une nuit, Uqsuralik est séparée de sa famille par une fracture dans la banquise… Commence alors une longue quête, à travers les vastes espaces de l’Arctique : solitude, rencontres, nomadisme, chasse, pêche et cueillette… Uqsuralik parviendra-t-elle à retrouver une place dans l’immensité du territoire polaire ?

De pierre et d’os est le récit captivant, extrêmement documenté, de la vie d’une jeune femme inuit qui lutte pour survivre depuis cette séparation brutale qui la projette dans l’âge adulte. Un récit initiatique empreint d’une grande douceur et de spiritualité, qui nous embarque à la découverte des peuples inuits. Par ailleurs, le livre, publié aux éditions Le Tripode, est magnifique et assorti d’un cahier de photographies : un très bel objet !

A noter : ce livre nous a été conseillé lors d’un “Club des héroïnes” !

Liv Maria

Roman écrit par Julia Kerninon, France, 2020

Liv Maria grandit sur une petite île bretonne, entourée de l’amour de ses parents et oncles, libre et heureuse. Et puis un jour, adolescente, sa mère décide de l’envoyer à Berlin suite à un événement brutal… Liv Maria découvre l’amour, puis connaît une série de ruptures qui la poussent à voyager, loin de son passé.

Liv Maria, c’est le portrait intense et assez mystérieux d’une femme, en quête de bonheur et de liberté. Mais se les autorisera-t-elle seulement ? Un roman qu’on a dévoré et quitté avec regret… mais on vous laisse vous faire votre propre idée !

La Papeterie Tsubaki

La Papeterie Tsubaki

Roman écrit par Ito Ogawa, 2018, Japon

Hatoko, dite Poppo, est de retour à Kamakura, la ville où elle a grandi, pour reprendre la papeterie de sa grand-mère, “l’Aînée”, qui vient de décéder. En plus de la papeterie, Poppo, reprend le rôle d’écrivaine publique. Entre redécouverte de la ville, souvenirs de sa grand-mère et commandes d’écriture, la vie de Poppo est calme mais bien remplie.

La Papeterie Tsubaki est le roman idéal pour prendre une pause hors du temps et se laisser porter par le récit, poétique et envoûtant, de Ito Ogawa (qui a aussi écrit Le Jardin arc-en-ciel). On a beaucoup aimé connaître le détail de chaque commande d’écriture, des plus classiques aux plus insolites, et de voir graviter une foule de personnages attachants autour de l’héroïne (y compris le fantôme de sa grand-mère qu’elle apprendra à connaître après sa mort en habitant sa maison et en occupant les mêmes activités). Pour prolonger le plaisir, une suite est disponible sous le titre de La République du bonheur.

L’école des soignantes

Roman écrit par Martin Winckler, 2019, France

En 2039, Hannah abandonne le code informatique et intègre une école de soins expérimentale, qui se concentre sur la bienveillance et la formation empathique des soignantes. Quelques mois après son arrivée, il entre en résidence au Pôle Psycho où exerce Djinn Atwood…

L’auteur du Chœur des femmes revient avec ce roman utopique, plaidoyer pour une révolution de la médecine. On a d’ailleurs plaisir à retrouver dans L’école des soignantes l’héroïne du Chœur des femmes. Plaisir également, la rédaction en écriture inclusive, et même au-delà : c’est le féminin qui l’emporte dans le livre ! Certes, le personnage principal est ici un homme, mais presque 100% des autres personnages sont des femmes. Bref, un chouette roman qui se dévore.