Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin

Essai écrit par Eliane Viennot, 2017, France

D’où vient cette règle sexiste du “masculin l’emporte” ? Pourquoi ces crispations quand le mot “autrice” est prononcé ? Eliane Viennot nous propose une histoire de la langue française et de la place que le féminin y tient : noms de fonctions et de métiers, règles grammaticales… Où l’on comprend que nos chers grammairiens (coucou Bescherelles) ont sciemment mis en place des règles sexistes, sous prétexte d’intériorité des femmes.

Une passionnante histoire de notre langue, pour remporter les débats sur l’écriture inclusive lors du prochain repas de famille !

Sorcières – La puissance invaincue des femmes

Essai écrit par Mona Chollet, 2019, France

Dans ce nouvel essai, Mona Chollet explore la figure de la sorcière. Les “sorcières” (femmes indépendantes, femmes sans homme, femmes sans enfant, femmes âgées) ne seraient-elles pas les féministes d’hier et d’aujourd’hui ?

Comme dans ses essais précédents, Mona Chollet propose une mise au point historique et théorique très complète et sourcée (on remplit sa liste-à-lire au passage !), cette fois-ci sur le thème des sorcières (ou soeurcières !), dont on entend beaucoup parler depuis maintenant quelques années. De la même autrice, à lire également : Beauté fatale – Les nouveaux visages d’une aliénation féminine et Chez soi – Une odyssée de l’espace domestique.

La petite fille sur la banquise

Roman autobiographique écrit par Adélaïde Bon, 2018, France

Adélaïde Bon nous raconte son histoire, depuis petite fille jusqu’à aujourd’hui. Que sont ces “méduses” qui l’envahissent régulièrement et qui l’empêchent de vivre sereinement sa vie ? Les psy s’enchaînent mais le processus est long avant de comprendre ce que sont ces méduses… Avant, peut être, d’envisager d’aller mieux.

L’autrice raconte superbement les longues années qui suivent son enfance violée. Le récit est très pédagogique, permettant d’appréhender les conséquences psychotraumatiques des violences sexuelles et les étapes nécessaires à la reconstruction. Indispensable.

California Dreamin’

california dreamin bd

Roman graphique écrit et illustré par Pénélope Bagieu, 2015, France

Qui se souvient de LA chanteuse du groupe The papa’s and mama’s ? LA voix qui envoûte toujours autant et donne son coeur au groupe ? California Dreamin’ est la biographie de Cass Elliot, depuis son enfance jusqu’à la célébrité, avec en fil rouge sa place de femme grosse et son évolution dans l’univers de la musique.

Pénélope Bagieu a maintenant un sérieux bagage en terme de biographies de femmes, et c’est un plaisir de voir l’une d’entre elle racontée sur tant de pages. Sa vie est ultradocumentée et les scènes de création musicale suffisamment parlantes pour qu’on entende les titres les plus connus du groupe tout au long de la lecture (ne pas hésiter à se préparer une playlist en amont !). Une belle découverte !

Kiffe kiffe demain

Roman écrit par Faïza Guène, 2004, France

Doria, 15 ans, raconte son quotidien dans la cité de Livry Gargan. Elle évoque son père qui a déserté le foyer pour se remarier, sa vie avec sa mère, la grève des femmes du Formule 1 de Bagnolet, les assistantes sociales qui défilent dans son appartement, ses échanges avec sa psychologue, ses échanges avec ses ami.e.s du collège…

A seulement 19 ans, Faïza Guène nous livre ici un premier roman sous forme de journal intime, plein d’humour, de tendresse et d’espoir, adapté aux ados. On a kiffé !

Faïza Guène a aussi écrit La discrétion, un très beau roman paru en 2020.

La désobéissance

Roman écrit par Naomi Alderman, 2018, États-Unis

A la mort de son père, dirigeant d’une communauté juive orthodoxe new-yorkaise, Ronit est rappelée vers sa famille qu’elle n’a pas vue depuis 10 ans. Elle y retrouve Esti, son ancienne amante, désormais mariée au cousin de Ronit, destiné à devenir grand rabbin à son tour…

La désobéissance, c’est celle de Ronit, qui s’est libérée des carcans imposés par sa communauté… La confrontation des modes de vie choisis par Ronit et Esti est d’ailleurs particulièrement intéressante et prenante. Le livre a été adapté au cinéma. 

Le coeur battant de nos mères

Roman écrit par Brit Bennett, 2016, États-Unis

Le récit se déroule à Oceanside, en banlieue de Californie. Les personnages évoluent autour de l’église protestante locale et sa communauté de fidèles. Nadia, 17 ans, qui a perdu sa mère quelques mois plutôt, s’ennuie et papillonne en attendant d’entrer à l’université du Michigan… Elle rencontre Aubrey qui devient son amie. Enceinte de Luke, le fils du pasteur, elle choisit d’avorter. A la fin de l’été, c’est le départ. Nadia effectue de brillantes études, avant de revenir 3 ans plus tard quand son père tombe malade.

Le coeur battant de nos mères est le premier roman de l’Afro-Américaine Brit Bennett, qui a été encensé par la critique. Toutefois, si l’écriture est très fluide, délicate, subtile, facile à lire, on reste un peu sur notre faim… Tout tourne autour du choix de l’avortement, avec une culpabilité qui pèse sur l’héroïne pendant toutes ces années et un “bébé” (nommé ainsi dans l’ouvrage) qui reste présent tout au long de l’histoire. L’héroïne est également prise dans un semblant de triangle amoureux, où amitié et amour ne font pas bon ménage.

Grace l’intrépide

Roman écrit par Karine Miermont, 2019, France

Grace l’intrépide, c’est le récit à plusieurs voix du parcours de Grace, une jeune femme nigériane prostituée au Bois de Vincennes, près de Paris. C’est parfois elle qui parle, racontant son parcours d’exil, son quotidien, le réseau de proxénétisme dont elle est victime, la sororité des filles et femmes entre elles. C’est parfois aussi un policier qui traque les réseaux de proxénètes et les clients, ou encore une responsable d’association qui accompagne les victimes.

Après 5 longues années d’enquête, Karine Miermont livre ici un roman (car Grace n’existe pas, même si elle parait si réelle car sa voix est celle de milliers d’autres filles et femmes) puissant, bouleversant, nous livrant une tranche de la réalité de la prostitution nigériane en France.

Imagier renversant

Album écrit par Mélo et illustré par Sébastien Telleschi, 2006, France (à partir de 3 ans)

Cet imagier se lit dans les deux sens, pour mieux renverser les stéréotypes : le papa utilise un gant de vaisselle dans un sens, pendant que la maman enfile un gant de moto dans l’autre !

Amusant à manier, très coloré, ce livre cartonné à destination des plus petit.e.s renverse les rôles traditionnels. Une chouette première approche.

C’est dans la poche !

Album écrit par Adèle Tariel et illustré par Jérôme Peyrat, 2012, France (à partir de 4 ans)

Filou, le petit kangourou, n’a pas envie de faire de la boxe comme son papa… Il voudrait plutôt s’occuper de ses petits frères et soeurs, comme le font les mamans kangourous. Faisant appel à son imagination, il invente la poche kangourou, qui deviendra vite à la pointe de la mode !

Non, s’occuper des bébés n’est pas une activité réservée aux filles et aux femmes ! Les garçons et les hommes aussi ont le droit (le devoir ?) de faire leur part. Une mignonne histoire qui permet d’ouvrir la discussion sur les jeux et activités “de filles” et “de garçons”.