Frida

Long métrage réalisé par Julie Taymor, 2002, États-Unis, Mexique

Un film retraçant la vie de l’artiste Frida Khalo, notamment sa relation avec Diego Rivera.

C’est un film intéressant pour découvrir cette femme à la vie extraordinaire et à l’art complexe. Il est cependant vraiment dommage que celui-ci s’attarde beaucoup trop sur sa vie amoureuse alors qu’on aurait aimé voir davantage de sa vie d’artiste, politique, etc.

Carmen et Lola

Long métrage réalisé par Arantxa Echevarría, 2018, Espagne

L’histoire prend place dans une communauté gitane de la banlieue de Madrid, en Espagne. Carmen, 17 ans, est en cours de fiançailles avec un jeune homme de la communauté quand elle rencontre Lola, 16 ans, qui tombe amoureuse d’elle immédiatement.

Le film a clairement des longueurs mais l’histoire d’amour lesbienne est bien développée, plus d’ailleurs que les obstacles, notamment familiaux, qu’elles rencontrent. Le duo formé par les deux actrices principales fonctionne très bien, elles sont très touchantes. A noter que si l’intérêt du film réside aussi beaucoup dans la description de la communauté gitane, ceci a aussi beaucoup fait débat, la réalisatrice n’étant pas elle-même d’origine gitane.

Love Sonia

Long métrage réalisé par Tabrez Noorani, 2018, Inde

Love Sonia raconte l’histoire de 2 soeurs indiennes vendues par leur père à des proxénètes. Il suit notamment l’atroce parcours de Sonia dans le « quartier rouge » de Mumbai.

Le film a été réalisé en collaboration avec l’association de terrain Apne Aap Women Worldwide, ce qui lui permet d’être particulièrement réaliste. Très poignant et très bien joué, mais plusieurs scènes sont extrêmement violentes. Le film n’a pas de date de sortie en France, mais une avant-première a eu lieu à Londres… On espère donc qu’il arrivera en Europe prochainement !

La Permission

Long métrage réalisé par Soheil Beiraghi, 2018, Iran

Afrooz est capitaine de l’équipe nationale de futsal iranienne, équipe qui se trouve être qualifiée en finale en Malaisie ! Mais arrivée à l’aéroport, Afrooz découvre que son mari lui a interdit de sortir du territoire.

Afrooz va passer tout le film à essayer d’obtenir son droit de sortie (entr’autres et avec notamment l’aide d’une avocate féministe). C’est un plongeon intense qu’on vit avec elle dans ce monde partiarcal, avec tout le poids institutionnel qu’il exerce, la pression psychologique et tous les leviers employés dans les 2 camps.