Tant que je serai noire

Roman autobiographique écrit par Maya Angelou, 1981, États-Unis, Égypte, Ghana, Afrique du sud

Tant que que je serai noire est le 4ème tome de la série de 7 romans autobiographiques écrits par l’autrice et activiste américaine Maya Angelou (2ème tome traduit en français). Dans cet ouvrage, elle raconte son parcours entre 1957 et 1962. Ces années sont celles de son engagement contre le racisme, au sein du mouvement afro-américain des droits civiques. Elle voyage avec son fils et son compagnon sud-africain, découvrant l’Égypte et le Ghana, où elle rencontre le militant Malcolm X.

Quel dommage que l’intégralité de l’autobiographie de Maya Angelou ne soit toujours pas traduite en français ! On se contente de 4 tomes sur les 7 parus en anglais (Je sais pourquoi l’oiseau chante en cage, Un billet d’avion pour l’Afrique, Lady B)… Pourtant, ce récit poétique et politique est indispensable pour mieux comprendre le parcours de cette femme exceptionnelle. Ce tome nous plonge particulièrement dans le monde militant antiraciste, et c’est passionnant de le découvrir à travers les yeux de Maya Angelou, qui doit aussi concilier engagement et vie familiale.

Je sais pourquoi chante l’oiseau en cage

Roman autobiographique écrit par Maya Angelou, 1969, États-Unis

Je sais pourquoi l’oiseau chante en cage est le premier d’une série de 7 romans autobiographiques écrits par l’autrice et activiste américaine Maya Angelou. Dans cet ouvrage, elle raconte son enfance chez sa grand-mère dans l’Arkansas, jusqu’à ses 17 ans. Elle évoque le racisme, la construction de l’identité, les relations familiales et les violences sexuelles. 

Quel dommage que l’intégralité de l’autobiographie de Maya Angelou ne soit toujours pas traduite en français ! On se contente de 4 tomes sur les 7 parus en anglais (Tant que je serai noire, Un billet d’avion pour l’Afrique, Lady B)… Pourtant, ce récit poétique et politique est indispensable pour mieux comprendre le parcours de cette femme exceptionnelle.

Hunger Games

Série de 3 romans écrits par Suzanne Collins, 2008-2010, États-Unis

Dans un monde post-apocalyptique, la population est divisée en 12 quartiers. Pour maintenir l’ordre et le contrôle, des jeux sont organisés tous les ans. Dans chaque quartier, un garçon et une fille entre 12 et 18 ans sont sélectionnés pour participer à un tournoi dont la fin est proclamée lorsqu’il ne reste qu’un.e seul.e survivant.e… Katniss, 16 ans, vit dans le quartier n°12, le plus pauvre. Quand sa soeur est sélectionnée pour participer au jeu, elle décide de prendre sa place.

Parmi les nombreuses séries pour ados qui remplissent les étagères des librairies depuis ces dernières années, il serait vraiment dommage de passer à côté de cette trilogie, écrite par une femme et mettant en lumière (pour une fois) une héroïne forte dont on ne peut que saluer l’autonomie et l’indépendance. Les 3 livres sont adaptés en films. 

Bienvenue

Roman écrit par Kim Yi-seol, 2013, Corée du sud

Misère, échec scolaire, violences familiales, dettes, harcèlement, prostitution, épuisement psychologique, violences médicales… toutes les violences sont là. Yunyeong aura tout vu, tout vécu.

Bienvenue est un roman d’une grande force qui plonge ses lectrices et lecteurs dans l’horreur en même temps que son héroïne. Ce récit montre de manière subtile mais néanmoins efficace comment une violence en entraîne une autre, comment les choix sont de plus en plus limités et imposés quand les hommes sont dans les parages. On se demande à chaque page à quel moment cette vie est possible à vivre, mais l’héroïne incroyable n’a pas dit son dernier mot et continue à se battre.

Certaines n’avaient jamais vu la mer

Roman écrit par Julie Otsuka, 2011, Japon, États-Unis

On le sait peu : des milliers de femmes japonaises ont été déportées au début du XXème siècle aux États-Unis, afin de “peupler” les campagnes agricoles de la côte ouest. Vendues par leurs familles, mariées de force, violées, mises enceintes, obligées de tenir leurs nouveaux foyers et d’assurer les travaux agricoles, aucune violence ne leur a été épargnée. 

Ce court roman raconte leurs vies, pour qu’on ne les oublie pas, jamais. Une lecture absolument essentielle avec une traduction à couper le souffle, qui ne devrait pas vous laisser indifférent.e.s. Une œuvre à lire et à offrir sans modération.

Les cosmonautes ne font que passer

Roman écrit par Elitza Gueorguieva, 2016, Bulgarie

Une fille de 7 ans, en Bulgarie, juste avant la chute du mur de Berlin. Son univers ? Une meilleure ennemie-meilleure amie, un cousin libre de ses mouvements, un grand-père véritable communiste, des professeurs qui ne font aucun pas de côté, et… Youri Gagarine, son modèle absolu grâce auquel elle rêve de devenir cosmonaute. Oui mais, une fille peut-elle être cosmonaute ? Si le régime soviétique a bien créé quelques modèles de femmes cosmonautes (Valentina Tereshkova, Svetlana Savitskaya…), la nouvelle société à venir après la chute de l’URSS lui permettra-t-elle d’atteindre son rêve ? 

Le récit touchant d’une petite fille en réflexion face à sa possibilité de réaliser ses rêves et de choisir son avenir professionnel, sur fond de changement de régime politique et un patriarcat dont elle ne connaît pas (encore ?) le nom. Un coup de coeur !

La maison de l’arbre joueur

La maison de l'arbre joueur Lian Hearn

Roman écrit par Lian Hearn (pseudonyme de Gillian Rubinstein), 2011, Royaume-Uni, Japon

Au coeur du Japon du XIXème siècle, alors que le pays résiste aux volontés colonisatrices des occidentaux, Tsuru se bat contre la société à sa manière. Fille de médecin, elle l’assiste brillamment depuis qu’elle est en âge de le faire et souhaite devenir médecin à son tour. Un enjeu de taille et une mission impossible pour une femme à cette époque-là… Peu importe, déguisée en homme, elle s’inscrit aux cours afin d’avoir son diplôme et de pouvoir exercer à son tour… sous le masque ou à visage découvert. 

Voilà un roman fleuve avec une héroïne, forte, atypique, comme on aimerait en voir plus souvent. Si la fin peut être un peu décevante (nous ne dirons rien de plus…), ça reste une très bonne lecture !

Quatre soeurs

4 couvertures des Quatre soeurs de Malika Ferdjoukh

Série de 4 romans écrits par Malika Ferdjoukh, 2003, France

Tout comme les trois mousquetaires étaient en fait quatre, les quatre soeurs (Enid, Hortense, Bettina et Geneviève) de Malika Ferdjouk sont au nombre de cinq, sous la tutelle de l’aînée Charlie depuis la mort de leurs parents. Du collège au lycée, à travers amitié, tempête, amour et recettes de cuisine réconfortantes, on suit les aventures quotidiennes de ces 5 soeurs et de la ribambelle de personnages qui les entoure.

Quatre tomes (un par soeur, sauf une) composent cette série touchante et pleine d’humour à faire lire aux adolescent.e.s de votre entourage. Elle met en scène des relations humaines très justes et fait grande place à… la sororité, bien évidemment ! Tout n’est pas rose, mais toutes les situations trouvent des dénouements qui font grandir les personnages et les lecteurs et lectrices avec. Un véritable coup de cœur, de notoriété publique d’ailleurs car la série a déjà eu droit à sa réédition et son adaptation en bande dessinée. Deux bémols : le traitement décevant d’une agression sexuelle et l’hétérocentrisme omniprésent et assez central. 

La petite fille sur la banquise

Roman autobiographique écrit par Adélaïde Bon, 2018, France

Adélaïde Bon nous raconte son histoire, depuis petite fille jusqu’à aujourd’hui. Que sont ces “méduses” qui l’envahissent régulièrement et qui l’empêchent de vivre sereinement sa vie ? Les psy s’enchaînent mais le processus est long avant de comprendre ce que sont ces méduses… Avant, peut être, d’envisager d’aller mieux.

L’autrice raconte superbement les longues années qui suivent son enfance violée. Le récit est très pédagogique, permettant d’appréhender les conséquences psychotraumatiques des violences sexuelles et les étapes nécessaires à la reconstruction. Indispensable.

Kiffe kiffe demain

Roman écrit par Faïza Guène, 2004, France

Doria, 15 ans, raconte son quotidien dans la cité de Livry Gargan. Elle évoque son père qui a déserté le foyer pour se remarier, sa vie avec sa mère, la grève des femmes du Formule 1 de Bagnolet, les assistantes sociales qui défilent dans son appartement, ses échanges avec sa psychologue, ses échanges avec ses ami.e.s du collège…

A seulement 19 ans, Faïza Guène nous livre ici un premier roman sous forme de journal intime, plein d’humour, de tendresse et d’espoir, adapté aux ados. On a kiffé !