Je m’appelle Bagdad

Je m'appelle Bagdad film

Long métrage réalisé par Caru Alves de Souza, 2021, Brésil

Bagdad est une skateuse de 17 ans. Elle traine et skate dans un quartier populaire de São Paulo, avec ses amis, tous des hommes. Quand elle rencontre un groupe de skateuses de son âge, son quotidien va changer.

Je m’appelle Bagdad est un film lumineux, avec comme dans Hala ou encore dans la série Betty, une jeune héroïne qui fait du skate. Si elle semble bien seule au milieu de tous ces hommes dans la première partie du film, son environnement familial, est lui composé de personnages secondaires féminins (ses sœurs, sa mère…) hauts en couleurs et très attachants. On adore le rythme, la musique et les intermèdes stylisés qui ponctuent le film. Et bien sûr, la fin (on ne spoile pas) offre une note positive, punchy et pleine d’espoir ! Un coup de cœur.

Caramel

Caramel

Long métrage réalisé par Nadine Labaki, 2007, Liban

Layale, Nisrine, Rima, Jamale et Rose travaillent ou gravitent autour du salon de beauté et de coiffure “Si belle” en plein Beyrouth. On suit leurs aventures du quotidien, leurs rêves et leurs amours.

Caramel est un très beau film, à la fois drôle et touchant, qui met en scène cinq femmes et évoque des sujets variés. Toutes les personnages sont attachantes et on aimerait que le film dure encore pour ne jamais les quitter. Une très belle découverte.

Les Mitchell contre les machines

Les Mitchell contre les machines

Film d’animation réalisé par Mike Rianda, 2021, Etats-Unis

Katie Mitchell est enfin acceptée dans l’université de ses rêves ! Alors qu’elle projetait d’y aller en avion, son père, avec qui les relations se sont compliquées en grandissant, prévoit un road trip familial à travers les Etats-Unis. Au même moment, la révolte d’une nouvelle génération de robots gronde…

Voilà une comédie familiale touchante, pleine d’action et de détails absolument drôles ! Les Mitchell contre les machines renverse l’idée de famille parfaite en présentant une famille avec ses hauts et ses bas, qui doit se réconcilier pour sauver le monde. Les personnages sont chouettes et les sujets d’actualité (notamment celui de la place de la technologie dans notre vie quotidienne). Un mélange des genres qui fonctionne parfaitement !

Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary

Calamity une enfance de Martha Jane Cannary

Film d’animation réalisé par Rémi Chayé, 2020, France

1863. Martha Jane, jeune fille courageuse et effrontée, voyage avec sa famille au sein d’un convoi de voyageurs qui part s’installer au cœur des Etats-Unis, aspirant à une vie meilleure. Quand son père se blesse, Martha Jane le remplace, mêmes pour des missions réservées aux hommes…

Après Tout en haut du monde, Rémi Chayé revient avec un film encore une fois aux dessins magnifiques et avec une héroïne en tête d’affiche. Et cette dernière n’est pas inconnue, il s’agit de la jeune (future) Calamity Jane. Le récit, largement fictionnel, bien rythmé, fait vivre de grandes aventures à cette jeune fille peu conventionnelle, qui troque sa jupe pour un pantalon au scandale de toutes et tous, apprend à manier le lasso et à monter à cheval toute seule. On a beaucoup aimé et on vous le recommande chaudement.

A la vie

A la vie documentaire

Documentaire réalisé par Aude Pépin, 2021, France

Chantal Birman est une sage-femme, féministe, qui a consacré sa vie à défendre les femmes et leurs droits. A bientôt 70 ans, elle passe le relais sous l’œil attentif d’une jeune apprentie sage-femme.

On pleure, on rit, on vibre… c’est sûr, A la vie est fort en émotions ! Il y a une force incroyable qui se dégage de Chantal Birman, des femmes qu’elle rencontre et du film dans son ensemble. Un beau portrait militant d’une héroïne contemporaine !

Fadily Camara : La plus drôle de tes copines

Fadily Camara

Spectacle créé par Fadily Camara, 2019, France

Être noire en France, biberonnée aux réseaux sociaux et grandir sans rôle modèle à la Michelle Obama : Fadily Camara développe des thèmes du quotidien dans son stand up.

Une jeune femme, noire, française, seule sur scène, sur une plateforme de streaming ultra populaire (oui oui Netflix), pour une heure de spectacle d’humour ? Il nous fallait voir ça ! Fadily Camara évoque des thèmes contemporains, l’air de rien militants, et on aime ça ! On a beaucoup aimé les histoires avec sa mère, très touchantes et drôles. On n’a pas forcément ri tout le spectacle mais Fadily Camara est sans aucun doute une humoriste de talent, à suivre…

Carmen Sandiego

Carmen Sandiego

Série animée créée par Duane Capizzi, depuis 2019, Etats-Unis, Canada

Carmen Sandiego est une voleuse hors-pair. Elle dérobe antiquités et objets d’art partout dans le monde sous le nez de la mystérieuse organisation de malfaiteurs V.I.L.E., afin de… les rendre à leur juste propriétaire.

Carmen Sandiego est une série hyper chouette. Déjà, les dessins, personnages et décors sont magnifiques. Le personnage de Carmen Sandiego est convaincant, avec un passé, des faiblesses, des capacités de voleuse incroyables, un humour et une malice accrocheuses. On aime aussi beaucoup ses allié.e.s d’aventures et le fait qu’elle n’agisse pas en solo mais ait besoin d’elle et eux pour atteindre ses objectifs. La série a un petit côté éducatif sympa pour les plus jeunes (on a le droit à un point géographie / culture de tous les lieux où elle va) et tient en haleine épisode après épisode. Une bonne trouvaille !

La légende de Korra

La légende de Korra

Série animée créée par Michael Dante DiMartino et Bryan Konietzko, 4 saisons, 2012-2014, Etats-Unis

Korra est une jeune future Avatar rebelle. Alors qu’elle maîtrise déjà le feu, l’eau et la terre, elle se rend à la capitale pour apprendre la maîtrise de l’air auprès de son nouveau maître Tenzin.

La légende de Korra est la suite de la célèbre série Avatar, le dernier maître de l’air. Bonne idée, les créateurs ont pensé à faire un personnage principal féminin, ça change ! Cependant, ça ne suffit pas à nous convaincre. La série reste bourrée de stéréotypes (rivalité entre femmes, histoire d’amour bateau et gnangnan au possible, l’héroïne est toujours supervisée par un homme) et il faut bien l’avouer, l’héroïne est horripilante (arrogante, ne se remet jamais en question, etc.). Autre “détail”, l’intrigue de la saison 1 : le groupe d’héro.ïne.s combat un méchant qui prône… l’égalité entre tous les êtres humains et la destitution des “maîtres” (détenteurs de pouvoirs spéciaux). Pas vraiment un projet de société contre lequel nous aurions envie d’aller. Bref, on a arrêté de regarder au milieu de la saison 2 et pour la même tranche d’âge, on vous conseille plutôt les séries Kipo, She-Ra ou encore Carmen Sandiego.

Si vous voulez vous faire votre avis, les épisodes sont tous disponibles sur le site de France TV jusqu’en mai 2022.

Wonder Woman 1984

Wonder woman 1984

Film réalisé par Patty Jenkins, 2021, Etats-Unis

Après ses exploits lors de la Seconde Guerre mondiale, Diana, alias Wonder Woman, vit une vie relativement paisible en 1984. Jusqu’à l’arrivée d’une pierre étrange, qui pourrait exaucer des vœux, et que Diana, accompagnée de sa nouvelle collègue Barbara, vont tenter d’expertiser.

Ah ah ! Vous pensiez que Wonder Woman aurait enfin une alliée et travaillerait main dans la main avec une femme ? Le début nous vend du rêve, c’est vrai, et le film passe même le test de Bechdel… mais, sans trop spoiler, nous avons été terriblement déçues. Fidèle à son premier opus, Wonder Woman est toujours parfaitement épilée et bien fringuée, la tenue idéale pour sauver le monde. Blagues à part, le film est dynamique et la scène d’ouverture superbe ! Chacune son style mais dans le même registre, nous on préfère Captain Marvel.

Regard noir

Regard noir Aïssa Maïga

Documentaire réalisé par Aïssa Maïga et Isabelle Simeoni, 2021, France

Pourquoi y a-t-il si peu de femmes noires au cinéma et à la télévision en France ? Partant de cette question, Aïssa Maïga mène l’enquête en France, mais aussi aux Etats-Unis et au Brésil.

En France, on manque terriblement d’icônes, de célébrités noires. Et Aïssa Maïga, avec son engagement et travail longs de plusieurs années (voire décennies !), est en passe d’en devenir une ! Avec détermination, elle interroge diverses personnes du métier sur la représentation des diversités dans le cinéma français, mais aussi étatsunien et brésilien. Parmi les interviews, on retrouve également plusieurs autrices de l’ouvrage collectif Noire n’est pas mon métier. Ce documentaire est une réussite, à voir et à diffuser largement autour de vous.

Pour continuer la réflexion, on vous conseille deux autres documentaires sur le fait d’être une femme noire en France : Mariannes noires et Ouvrir la voix.